Chefchaouen, la perle bleue du Maroc

© Jessica Théroux

Située au nord-ouest du Maroc, au cœur des montagnes du Rif, Chefchaouen est une véritable merveille architecturale. Prisée par les touristes, cette ville est riche de son histoire, son authenticité et la simplicité qui caractérise le mode de vie de ses habitants.

Situé au pied des monts Kelaa et Meggou, ce petit village à la structure labyrinthique, dont le nom signifie littéralement «regarder les cornes», en référence aux deux monts, compte environ 40 000 habitants.

 

En 2016, Chefchaouen, ou Chaouen en abrégé, avait été désignée sixième plus belle ville au monde par le magazine Condé Nast Traveler, devant des villes comme Paris ou La Havane. Un choix qui s’explique si l’on considère son patrimoine naturel, culturel et architectural. D’ailleurs, en 2010, en plus d’être inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, Chefchaouen a été désignée «ville écologique» par le conseil municipal.

Un camaïeu de bleu

 

#chefchaouen #bluecity #paradise #peace #relax #chill #morocco #maroccan #pearl #beauty

A post shared by Wappo 🔥 (@vittorio_wappo) on

Maisons, bâtiments administratifs, lampadaires, poubelles… À Chefchaouen, tout est peint en bleu. Le choix de cette couleur serait dû à la communauté de réfugiés juifs espagnols qui s’y est installée au 15e siècle. La légende veut qu’ils aient peint leurs maisons en bleu en rappel du ciel et de Dieu. Toutefois, c’est il y a environ 20 ans que les femmes du village ont entrepris de peindre l’intégralité du village en bleu, pour ajouter à sa beauté mythique. Ainsi, tard dans la nuit, elles se dispersent pour entretenir la couleur fraîche et distinctive de ce labyrinthe.

«Cela fait vingt ans que le village a commencé à être bleu. Au début, seule la vieille partie juive de la commune était bleue. Aujourd’hui, le lieu est peint 3 fois par an, en intégralité.» – Abdeslam Mouden, guide de la région

[#picoftheday] La perle bleue du Maroc 💙 🇲🇦 📷 par @toinou1375 #Nikon #NikonFr #blue #Chefchaouen #Morocco

A post shared by Nikon France 🇫🇷 (@nikonfr) on

Une aura historique

Au 19e siècle, alors que les Andalous avaient interdit l’accès de Chefchaouen aux chrétiens, l’explorateur français Charles Foucault, dans sa célèbre «Reconnaissance à travers le Maroc», décida tout de même de se déguiser en Rabin pour accéder au village. La description qu’il en fit à l’époque évoque encore le mystère :

« La ville, enfoncée dans un repli de la montagne, ne se découvre qu’au dernier moment. On a gravi les premiers échelons de la chaîne, on est parvenu à la muraille rocheuse qui la couronne … Tout à coup, ce labyrinthe cesse, la roche fait un angle : à cent mètres de là, d’une part adossée à des montagnes à pic, de l’autre bordée de jardins toujours verts, apparaît la ville .» –  Charles Foucault

Bien qu’elle soit moins connue que Fès ou Marrakech, Chefchaouen offre cependant des attraits qui valent le détour. Avec l’ancienne Medina, le «pont de Dieu», à Akchour, un arc de rocher fascinant situé à 25m au-dessus de la rivière Oued Farda, la forêt de Talassemtane et la Grande Mosquée de Cherafat, cette ville a tout pour charmer les visiteurs. Ceci explique pourquoi les stars internationales s’y rendent dès qu’elles en ont l’occasion, notamment le créateur Giorgio Armani, qui y a tourné une publicité en 2011, et le rappeur French Montana, qui a réalisé le clip de sa chanson Famous dans les rues colorées de la ville, en 2017.

CALLING SHOTS FROM A MOUNTAIN TOP 🇲🇦🙏🏼 love Morocco 🇲🇦

A post shared by French Montana (@frenchmontana) on

En outre, les Chaounis utilisent très peu la voiture, ce qui permet de respirer un air pur et frais chaque jour. Vous l’aurez compris, Chefchaouen est un petit paradis qui éveillera sans doute le bohème qui sommeille en vous!

Previous articleAngela Aquereburu : la Togolaise qui façonne une image moderne de l’Afrique
Next articleL’économie du Ghana se porte mieux