Trois étudiants du Niger inventent le charbon écologique

Trois étudiants activistes nigériens ont mis au point le charbon écologique, ou «charbon vert». Fabriqué avec des résidus végétaux comme la paille, la jacinthe d’eau et le sida cordifolia, ce charbon ne dégage aucune fumée nocive lors de sa combustion.

Idrissa Zakari, Moussa Harouna Haladou et Aminatou Barazé sont les trois étudiants de l’Université de Niamey qui ont inventé le «charbon vert». Qualifié de propre par ses promoteurs, le produit est actuellement en phase de vulgarisation. Ce combustible écologique a pour vocation de remplacer le bois de chauffe, très largement utilisé dans l’ensemble du pays.

 

Fabriqué à base de résidus végétaux, le charbon vert a la particularité de ne dégager aucune fumée pendant son utilisation. Lancé en 2014, le projet d’invention a suivi des procédés biologiques en vue de garantir une exploitation du combustible sans incidence sur la nature. Le but est aussi de lutter contre la déforestation et sauver le quart de forêt restant dans les environs désertiques du Niger.

Au Niger, 80 pour cent des besoins en énergie de la population sont satisfaits par le bois de chauffe. Ils veulent ainsi contribuer à faire face à la dégradation de l’environnement et à réduire la consommation de bois de chauffe dans un pays au trois quarts désertique.

Cette initiative a vu le jour, il y a 3 ans déjà, indique ce groupe de jeunes réunis au sein d'une Ong appelé Niger vert.
HIMADOU AMADOU

Activistes au sein de l’ONG Niger Vert, ces trois étudiants proposent de vendre le charbon à 150 francs CFA le kilogramme. Ces jeunes entrepreneurs ont pour ambition d’étendre l’utilisation du charbon vert. Ils souhaitent un appui du gouvernement et de partenaires pour entrer dans une phase d’industrialisation du charbon, afin de conquérir des marchés dans la sous-région.

Il faut préciser que la même expérience se fait également au Tchad où des briquettes de charbon fabriquées à base de coques de graines de coton mélangé à de l’amidon de manioc sont commercialisé sur le nom de faam (charbon en arabe tchadien). Il en est de même au Cameroun avec Mega Ecofire, un charbon écologique à partir des déchets organiques ménagers biodégradables, fabriqué par Kemit Ecology.  Cette start-up a reçu le trophée Initiative climat à la Cop22 tenue au Maroc.