Avec Traveler, le Cameroun veut lutter contre l’insécurité routière !

Au Cameroun, les accidents de la route font partie des plus grands fléaux du pays avec le paludisme. Pour lutter contre ce fléau un jeune développeur camerounais et son équipe se sont lancés un pari : créer une application mobile pour améliorer la sécurité routière de leur pays, afin dans un premier temps améliorer la sécurité routière et bien sûr sauver et préserver un maximum de vie sur la route et qui a pour nom Traveler.

Le concept de Traveler

Développée par Arnold Achiri, et ses deux compères Akah Larry et Steve Tueno. Traveler est une application visant à renforcer la sécurité routière. Il s’agit de traquer les automobilistes qui s’illustrent sur la route par l’excès de vitesse, les mauvais dépassements et autres mauvais stationnements. Le projet part également d’un constat alarmant concernant la sécurité routière au Cameroun. En effet entre 2010 et 2015, plus de 20 000 personnes auraient été tuées sur la route. « 80 % des accidents de la route au Cameroun sont dus aux excès de vitesse. Les routes, souvent en mauvais état, et la vétusté des véhicules sont aussi en cause », explique Achiri Arnold Nji, diplômé en génie électrique de l’École polytechnique de Yaoundé.

Le traumatisme de Bamenda comme élément déclencheur

« L’idée de créer Traveler m’est venue il y a quelques années après un accident de bus à Bamenda (région du Nord-Ouest du Cameroun). 20 personnes sont mortes, parmi lesquelles se trouvait un ami. Je suis allé sur les lieux de la catastrophe, c’était horrible. Je me rappelle du sang, des cris, mon ami a été littéralement coupé en trois… ». Un traumatisme qui a poussé le jeune homme et ses amis à développer, sur une nouvelle technologie, une application capable de prédire et d’anticiper les accidents de la route.

Poursuivez la lecture de cet article en cliquant sur le lien suivant : Avec Traveler, le Cameroun veut lutter contre l’insécurité routière !

[hia_author_boxes roles=”collaborator” include=”10304″ title=”Partenaire”]

Article précédentBélya, un bout d’Afrique (et de joie!) dans votre garde-robe
Article suivant10 choses que vous ne saviez pas sur Baaba Maal