Russie 2018 : l’Afrique prête à jouer les demi-finales

PARTAGER

Les Lions de la Téranga et de l’Atlas sortiront leur crinière, les Pharaons laisseront opérer la magie des secrets des pyramides, les Supers Eagles et les Aigles de Carthage vont essayer de voler encore plus haut. Les représentants africains à la Coupe du monde de football, en juin prochain en Russie, sont : l’Égypte, le Nigéria, la Tunisie, le Sénégal et le Maroc.

L’Égypte est la première nation africaine à s’être qualifiée pour le Mondial russe. Les Pharaons ont atteint cet objectif grâce à leur travail. L’Égypte marque ainsi son grand retour dans le football international après plusieurs années d’absence, sur fond d’instabilité politique et sécuritaire, à la suite du soulèvement populaire de janvier 2011.

 

Les Pharaons ont même disparu de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), dont ils sont les champions historiques, pendant sept ans, après leurs trois victoires consécutives en 2006, 2008 et 2010. En 2012, les autorités avaient annulé deux saisons de championnat après le massacre du stade de Port-Saïd en février 2012, où 74 personnes avaient été tuées dans des affrontements sanglants entre supporters. Cette année, l’Égypte a fait un retour en force en atteignant la finale de la CAN-2017, où elle s’est inclinée 2-1 contre le Cameroun.

Le Nigéria : les Supers Aigles sont en forme

Le football nigérian a toujours fourni d’excellents joueurs. Le pays dispose d’une bonne politique sportive qui met en avant la formation de la petite catégorie. Si la majeure partie de ses joueurs évoluent aujourd’hui dans les championnats européens, le Nigéria peut se vanter d’avoir mis à leur disposition un environnement professionnel depuis leur tendre enfance. Cette politique de formation est appuyée par une présence de grands clubs qui jouent les premiers rôles du football africain. Cette stratégie permet au Nigéria de pouvoir rivaliser au niveau international au mois de juin prochain en Russie.

Le Sénégal : une défense de fer

Après la folle épopée de 2002, qui a conduit le Sénégal jusqu’en quart de finale de la Coupe du monde, les Lions de la Téranga sont de retour. Quinze ans après, le Sénégal va jouer sa seconde Coupe du monde. Aliou Cissé, capitaine de la sélection sénégalaise en 2002, est désormais le sélectionneur des Lions. Il connait tous ses joueurs parce qu’il les entraîne depuis la sélection olympique. Cette entente entre l’entraîneur et ses joueurs assure un environnement plaisant et tout l’effectif s’épanouit. Depuis 2012, Sadio Mané, Cheikhou Kouyaté, Idrissa Gana Gueye évoluent ensemble. Des automatismes semblent s’être développés et en défense, les Lions restent costauds. Seulement 2 buts encaissés en 6 matchs de qualification. Malgré cette défense de fer, la bande à Sadio Mané traîne encore des lacunes. Si la défense reste très concentrée et déjoue les pièges des adversaires, les liaisons entre le milieu de terrain et l’attaque s’effectuent difficilement. Aliou Cissé et sa bande ont encore sept mois pour apporter les correctifs et permettre au Sénégal de réaliser le même exploit qu’en 2002, voir même plus.

Le Maroc: une sérénité dans le jeu

Le calme des Lions de l’Atlas est frappant. Dans un stade d’Abidjan archiplein et acquis à la cause des Éléphants de la Côte d’Ivoire, les Marocains ont fait montre d’une grande sérénité en remportant le match par deux buts à zéro. Une victoire qui permet au royaume chérifien de revenir à la Coupe du monde pour une première fois depuis 1998. Le jeu marocain est séduisant. Fait de passes courtes et d’une bonne coordination entre les lignes, le style de jeu marocain fournit très vite de bonnes balles aux attaquants qui jusque là restent très réalistes. Résultats : 6 buts à 0 face au Mali, 3 buts à 0 face au Gabon. Le Maroc fait déjà peur avec les belles enjambées de ses attaquants comme Amrabat ou Boutaïb.

À cette attaque explosive s’ajoute un mur infranchissable en défense. Guidée par l’expérimenté Mehdi Benatia, la défense marocaine est la seule à ne pas avoir encaissé de buts lors des qualifications.

Les Aigles de Carthage veulent voler plus haut

Absente des trois dernières éditions, la Tunisie participera à la Coupe du monde 2018. La Tunisie a assuré le point du nul contre la Libye (0-0) et termine les qualifications invaincue. Malgré son jeu très proche de la technique de jeu européenne, la Tunisie n’a jamais brillé en Coupe du monde. Après une Coupe d’Afrique remportée en 2004, le palmarès des Tunisiens n’est pas élogieux, considérant les talents de sa sélection. Pour la campagne russe en juin, les Aigles de Carthage veulent voler encore plus haut.

En 1990, le Cameroun a atteint les quarts de finale du Mondial. En 2002, le Sénégal a réussi ce même exploit. Une performance rééditée en 2010 par le Ghana. Jusqu’ici, aucune équipe africaine n’a atteint les demi-finales d’une Coupe du monde. L’objectif pour Russie 2018, c’est de pousser une équipe africaine à être parmi les quatre meilleures au monde.