Niger: Radio Fara’a invite les gens à parler de gouvernance locale

Gari Ya Wayé est une expression qui signifie « le village est réveillé. » Il s’agit également du nom de l’émission phare diffusée tous les matins sur Radio Fara’a, à Gaya, une ville d’à peu près 30 000 habitants, au sud-ouest du Niger.

Autrefois, la première chose que les villageois(e)s faisaient le matin, c’était de passer de maison en maison pour s’enquérir des nouvelles de leurs voisin(e)s et se mettre au fait des dernières actualités. Maintenant, plutôt que de cogner aux portes, des milliers d’auditeurs et d’auditrices allument leurs radios. Plusieurs appellent ou envoient des textos au studio et leurs opinions sont diffusées en direct.

 

Cette émission radiophonique vise à inciter les gens à proposer des solutions aux problèmes locaux. Les sujets abordés récemment incluent les coupures d’électricité, les pratiques agricoles, la circulation routière anarchique, le déboisement et les droits fonciers des femmes.

Bawa Bonkano est journaliste et encadreur en gestion de radio communautaire à Radio Fara’a. Il déclare : « Dans le cadre de la gouvernance locale, cette émission a un impact certain sur le comportement des élus et des citoyens de la commune en ce sens qu’elle développe la culture de redevabilité chez les élus et l’esprit de civisme chez les citoyens. »

Monsieur Bawa ajoute qu’il est difficile de dire si les émissions radiophoniques sont la cause directe des changements qui se sont produits récemment. Mais après la réalisation d’une tribune téléphonique sur la façon dont la municipalité octroyait les contrats, le maire a mis en place un comité de gestion des finances, qui selon monsieur Bawa a permis d’améliorer la gestion des affaires de la municipalité.

Il ajoute : « L’impact principal c’est qu’elle a permis de libérer la parole et développer la libre expression pour interpeller les décideurs sur le rôle qu’ils doivent jouer dans le développement socio-économique de la localité. »

Radio Fara’a a commencé à émettre en mars 2000 grâce à un financement suisse. Elle offre désormais 18 heures d’émissions par jour en haoussa, en zarma-dendi, en fulfulde et en français. En raison de son emplacement près des frontières internationales du Niger, la station touche jusqu’à un million de personnes dans les localités rurales du Niger, du Nigeria et du Bénin.

Monsieur Bawa affirme que la radio est le moyen parfait pour toucher les auditeurs et les auditrices ruraux. Elle leur offre également une tribune où ils peuvent partager leurs points de vue et leurs idées. Il explique : « La radio ouvre des espaces de débats publics où s’expriment toutes les sensibilités. »

Radio Fara’a propose également des émissions axées sur l’agriculture. Les émissions intitulées « Fréquence paysanne » et « Radio et développement » relatent des témoignages d’agriculteurs et d’agricultrices qui testent différentes pratiques agricoles, leurs réussites et leurs difficultés.

Cependant, la réalisation de ces émissions n’a pas été facile. L’instabilité économique dont a souffert le pays ces dernières années a fait que la station a eu de la difficulté à vendre de la publicité. Sans ces revenus, la station peine à remplacer l’équipement défectueux et former le personnel.

Mais pour monsieur Bawa, trouver les moyens de surmonter ces obstacles lui procure un sentiment d’utilité.

Il déclare : « Ma motivation [c’est] le sentiment d’être utile à une communauté qui a un grand besoin d’information, de sensibilisation et de formation pour faire face aux défis de développement. »

Source: En lumière : Au Niger, Radio Fara’a invite les gens à parler de gouvernance locale

Partenaire

Ottawa, Canada
Barza infos est un service d’actualité hebdomadaire qui fournit des nouvelles concernant les agriculteurs et agricultrices d’exploitations familiales ainsi que les communautés rurales.