Le Maroc invente une nouvelle technique de recyclage de l’eau

La station d’épuration de Nador, au Maroc, mise en service en 2010, traite les odeurs de la lagune de Marchica. - ONEE

Au Maroc, rien ne se perd et tout se transforme. Ainsi, après avoir servi à laver le linge et la vaisselle, l’eau peut être réutilisée. Une technique de filtration faite maison, utilisant des couches de sol et de gravier, nettoie suffisamment les eaux usées domestiques pour leur donner une seconde vie.

Cette technique, testée par une équipe de chercheurs au Maroc, permet d’éliminer une grande quantité de déchets tels que des particules solides, la pollution organique, l’azote et les résidus d’engrais.

 

La méthode de filtration s’appuie sur une technique en deux étapes, sur la base de composants qui peuvent être facilement assemblés avec des matériaux locaux, dans des barils d’eau. Les chercheurs ont créé des « briques » filtrantes à partir de sol sablonneux, de charbon de bois, de sciure de bois et de ferraille et les ont emballées dans des barils de gravier.

Cet exploit a été salué par la revue International Journal of Hygiene and Environmental Health, dans un article publié le 13 octobre dernier.

La pertinence de cette découverte réside dans sa technique. D’habitude, le recyclage de l’eau est obtenu après plusieurs étapes. Mais grâce à cette innovation, les briques de sol sont suffisantes pour filtrer les déchets organiques et les nutriments de l’eau, selon Laila Mandi, chercheuse à l’Université de Cadi Ayyad, au Maroc.

«Combiné avec du gravier, le système en deux étapes devient suffisamment efficace pour s’attaquer aux agents pathogènes. Le coût de cette technologie est très faible par rapport aux systèmes comme le lagunage et les filtres à sable» – Laila Mandi, chercheuse à l’Université de Cadi Ayyad

Les pays africains connaissent des fortunes diverses en matière d’accès des populations à l’eau potable. Au Togo par exemple, le taux d’accès à l’eau est de 50%, mais l’objectif est d’atteindre au plus vite le niveau de 60 à 70%.

Si le Maroc donne l’exemple en Afrique du Nord, le Sénégal est l’un des rares pays d’Afrique subsaharienne à détenir quelque expertise dans le traitement des eaux usées. Il y existe une station d’épuration qui fait un traitement des eaux usées, qui permet de les réutiliser pour l’arrosage des plantes par exemple. Une partie de ces eaux sont rejetées en mer.

C’est pourquoi cette nouvelle technique marocaine pourrait aider à recycler l’eau dans les régions arides, comme les déserts nord-africains, où la préservation de l’eau est cruciale.