Le Bénin et l’Afrique gagnent leur pari

Tidiane Diouwara
Crédit photo: 24heures.ch

En mai 2015, le Bénin a abrité un symposium international sur l’éducation à la paix par le dialogue interreligieux et interculturel qui a débouché sur l’adoption d’un mémorandum contenant 25 recommandations qui visent à renforcer la paix. Cette initiative béninoise, et donc africaine, se distingue par une importante innovation. En effet, pour la première fois, un accent particulier est mis sur l’exigence de projets conjoints interreligieux et interculturels de développement au bénéfice des populations du même espace social.

Initiée par le Pr Albert Tévoedjré, ancien envoyé spécial de l’ONU en Côte d’Ivoire, cette nouvelle forme de conception de la paix et du dialogue «est un exemple que le Bénin donne au reste du monde». L’écrivain et metteur en scène béninois Ousmane Alédji, directeur du Centre Culturel Artistik Africa, a lancé une pétition internationale pour la Paix le 6 juillet 2016, jour du Ramadan, pour appeler les institutions internationales à revoir leur approche en matière de gestion des conflits. Cette pétition a recueilli de par le monde plusieurs milliers de signatures.

Maternités, écoles, systèmes d’accès à l’eau potable, autant de réalisations qui ont suscité l’intérêt de la communauté internationale

Le dernier sommet des chefs d’État de l’Organisation internationale de la francophonie, (24-26 novembre 2016 à Madagascar), a adopté, à l’initiative du Bénin et du Sénégal, une résolution donnant une nouvelle impulsion à cette première initiative d’origine essentiellement africaine, parrainée par l’Unesco. Au Bénin, le Centre panafricain de prospective sociale (CPPS) entend donner du sens et un contenu concret au dialogue interreligieux en contribuant de manière significative à l’éradication de la pauvreté grâce à la réalisation de microprojets qui correspondent à des besoins pressants des communautés interconfessionnelles elles-mêmes.

Des Maisons de la Paix, des maternités, des écoles, des systèmes d’accès à l’eau potable, autant de réalisations qui ont suscité l’intérêt de la communauté internationale, dont le Japon qui a très rapidement su apprécier la pertinence de ce programme en le soutenant.

En prélude à la Journée mondiale de la Paix célébrée le 1er janvier dernier, le CPPS a organisé le 30 décembre 2016 à Porto Novo une manifestation à caractère interreligieux qui a rassemblé des Béninois venus de tous horizons confessionnels, dont les autorités politiques et religieuses. Des rencontres similaires sont prévues durant l’année 2017. Partie prenante de cette initiative, le Centre d’information et de promotion de l’image d’une nouvelle Afrique (CIPINA) assurera la promotion de cette démarche novatrice à toute la communauté internationale, toutes tendances politiques et confessions confondues. La Nouvelle Afrique apaisée et prospère est en marche.

 

Source: Le Bénin et l’Afrique gagnent leur pari

Article précédentLes moteurs de la croissance africaine
Article suivantSelf-Drive in Namibia