A Gentle Magic, le documentaire sud-africain qui lève le tabou sur la dépigmentation

PARTAGER
Capture d'écran de la bande-annonce du documentaire A Gentle Magic

Conçu par les réalisateurs sud-africains Lerato Mbangeni et Tseliso Monaheng, aux côtés de la journaliste américaine Susie Neilson, le documentaire A Gentle Magic aborde la délicate question du blanchiment de la peau. Par une succession d’entretiens et de visites, ce long-métrage suit les adeptes de cette pratique dans leur intimité.

Au sein de la communauté noire, et particulièrement sur le continent africain, les crèmes et actifs dépigmentants sont très populaires. Selon l’ONG gabonaise Lutte contre la Dépigmentation de la Peau (LCDP), «le pouvoir du blanchiment de la peau, par une substance appelée hydroquinone, fut découvert dans les années 1960 aux États-Unis par des Afro-Américains». Toujours selon l’organisation, à force de l’utiliser sur du textile ou du caoutchouc, des ouvriers noirs se seraient rendu compte de l’effet blanchissant de ce produit toxique. Ainsi, les membres de leur communauté auraient à leur tour commencé à l’appliquer sur leur peau, afin d’en altérer la couleur naturelle et arborer un teint jugé plus beau.

 

 

«Historiquement, la pratique de la dépigmentation volontaire prend son essor en Afrique du Sud. Les marchés anglophones africains constituant la destination initiale des produits (introduits dès 1961 en Afrique du Sud et dès le début des années 1970 au Sénégal), le phénomène se répand rapidement en Afrique subsaharienne à partir des années 80.» – Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS)

En intitulant leur documentaire A Gentle Magic (Une douce magie), les réalisateurs font un clin d’œil à la gamme de produits sud-africains Gentle Magic, largement utilisés dans le pays. Avec ce titre, l’objectif est d’éveiller la curiosité du spectateur, qui sera certainement interpellé par l’utilisation d’un terme si courant.

Gamme de produits Gentle Magic © Amazon

Au-delà de la mise en lumière des différentes raisons qui motivent les figurants à se dépigmenter, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes, que ce soit pour hausser leur confiance en soi ou attirer le regard de l’autre, A Gentle Magic se veut un miroir de la société sud-africaine.

Dateline Shorts: Skin whitening in South Africa

Jeff is an aspiring rapper. He's also one of many young, black South Africans using skin whitening products.http://bit.ly/2mer7rn

Publié par SBS Dateline sur lundi 27 février 2017

Il explore les relations amour/haine entre les différentes communautés qui composent l’Afrique du Sud, le désir de ressembler à l’autre, le dénigrement de soi, le poids des exigences de la société et l’influence des médias.

Les réalisateurs sud-africains Lerato Mbangeni et Tseliso Monaheng © Shain Germaner

Pour sensibiliser davantage l’audience aux risques de cette pratique, les réalisateurs ont aussi fait appel à des dermatologues. Ceux-ci expliquent que la dépigmentation peut causer un amincissement de la peau, des cicatrices et des vergetures à vie, un vieillissement accéléré de la peau, des tâches noires ou pire, le cancer de la peau.

Nous vous invitons à regarder la bande-annonce du documentaire, qui sera diffusé prochainement à Johannesburg :