Découverte d’Aoufous dans la vallée du Ziz au Maroc

Magnifique vue de la vallée du Ziz

« Il pleut ! ». Après 18 jours sans une seule goutte de pluie, Arnaud Roy, explorateur en terres solidaires pour Village Monde au Maroc, s’élance à l’extérieur pour profiter de la fraîcheur de cette averse. Arnaud est l’un des 10 explorateurs Village Monde partis à la découverte d’initiatives de tourisme solidaire en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, entre juin et septembre. #explorationsolidaire

Le manque d’eau est l’un des problèmes avec lesquels les Marocains doivent composer. La difficulté d’irrigation est importante dans le pays et plusieurs communautés doivent s’adapter, surtout durant la saison chaude, où l’agriculture devient difficile. Heureusement, certaines initiatives locales mènent des projets afin de préserver les ressources naturelles disponibles.

 

 

Protection de l’écosystème

Située dans la zone saharienne du Maroc, la vallée du Ziz abrite les habitants d’Aoufous. Entre deux grands plateaux désertiques, la vallée à la végétation luxuriante est traversée par le fleuve Ziz, qui permet l’irrigation des cultures. Dans cette zone du Maroc, les oasis permettent l’agriculture de palmiers dattiers. Ces palmiers, en plus des dattes, fournissent l’ombre nécessaire à la pousse d’arbres fruitiers et d’autres cultures. L’écosystème est entièrement dépendant de l’eau du fleuve, sans quoi la vie dans ces régions désertiques serait impossible.

Malheureusement, les changements climatiques et les mouvements de population mettent peu à peu cet équilibre en péril. Le tourisme massif, la sécheresse et la gestion des déchets sont autant de facteurs susceptibles de nuire à la palmeraie. C’est pourquoi les habitants d’Aoufous se sont réunis dans une association appelée AZMOTER, qui comprend six gîtes ruraux et deux campings, afin de protéger l’écosystème de leur région et promouvoir le tourisme solidaire.

Un tourisme solidaire

C’est donc en communauté que les habitants d’Aoufous ont décidé de s’ouvrir au tourisme. L’objectif est de permettre aux habitants de la vallée de bénéficier des retombées économiques de cette industrie, de protéger leurs ressources naturelles, de préserver leur qualité de vie, leurs traditions et leur culture, tout en mettant de l’avant l’inoubliable hospitalité berbère. C’est ce qu’Arnaud a expérimenté lors de son exploration solidaire, en visitant le gîte La grotte vallée où il a été accueilli par Rachid, et le camping Hakkou, où il a pu rencontrer le gérant Ahmad.

Arnaud, au marché local d’Aoufous, en compagnie de responsables d’hébergements labellisés Village Monde

La coopérative à Aoufous met aussi beaucoup l’accent sur l’achat local. Les femmes préservent leurs connaissances ancestrales et amélioremnt leur niveau de vie grâce à la production de produits, notamment de tapis, d’accessoires de maison et de différents aliments issus de fruits secs. « Parmi cette multitude d’initiatives, celle de la Coopérative Alamal pour l’artisanat m’a grandement ému. J’étais assis là, dans la même pièce qu’elles, dans leur boutique commune, à les amuser avec mes petites aventures. J’ai savouré le moment », relate Arnaud l’explorateur.

Ces femmes qui travaillent la fibre de palmier pour en faire de multiples accessoires réutilisables vendaient autrefois leurs produits depuis leurs maisons, aux acheteurs locaux. Maintenant, elles ont accès à un marché à travers le Maroc et elles sont même connues à l’international.

Les dunes d’Erg Chebbi

Plusieurs activités attendent d’ailleurs les voyageurs qui visitent Aoufous, comme la visite de la palmeraie et des ksour traditionnels, une balade dans les grottes et les plateaux, une nuitée dans les dunes d’Erg Chebbi, une performance de musique traditionnelle Gnawa, tout cela en se régalant de la gastronomie locale. À votre tour de découvrir leur hospitalité légendaire !

Article précédentIndustrie pétrolière : l’Ouganda se donne les moyens de ses ambitions
Article suivantAu Nigeria, les transactions financières via le mobile ont atteint un record 1,5 milliard $ au 1er semestre 2017