Elsa Miské : « Que les premiers concernés racontent eux-mêmes leurs histoires »

Slice-up
Des personnes en formation avec l'association Slice-up. © Slice Up

Elsa Miské et Nicolas Baillergeau lancent une association pour réveiller l’Afrique d’aujourd’hui dans les médias à travers des récits nouveaux. Rencontre.

Bien décidés à réussir leur pari, Elsa Miské, consultante formatrice en stratégies digitales, et Nicolas Baillergeau, reporter indépendant, arrivent par un après-midi bien ensoleillé pour une discussion franche autour d’un sujet qu’ils ont vissé au corps : l’image de l’Afrique dans les médias. Guerres, famines, corruption : un triptyque toujours d’actualité lorsqu’il s’agit du continent africain. Mais depuis plusieurs années des voix émergent pour faire place à d’autres récits. Parmi lesquels figurent de grands médias internationaux mais aussi nationaux, locaux et bien souvent des blogs. Des personnalités, écrivains, économistes portent aussi la voix de cette Afrique nouvelle. Bémol : toute cette énergie, cet optimisme est noyé, car la qualité n’y est pas toujours. Avec son mètre soixante et ses frêles épaules, Elsa Miské, professionnelle de la communication, a « dit stop ». Et imaginé avec un reporter amoureux de l’Afrique depuis sa plus tendre enfance, Nicolas Baillergeau, une solution innovante pour former ceux qui en ont le plus besoin. Ils sont journalistes, professionnels de l’image, blogueurs, mais pas que. Certains n’ont rien à voir avec ces métiers, mais veulent tout simplement raconter ce qu’ils vivent au quotidien.

 

Désormais, c’est chose possible. Slice-up est une jeune association créée en 2016 qui a déjà formé une dizaine de journalistes et de blogueurs en Mauritanie. Un pays cher au cœur d’Elsa, mais aussi un sacré pied de nez à ceux qui pensent qu’il n’y a qu’une histoire qui prévaut dans certains pays. Car le résultat est là et bien visible sur une plateforme participative. Il suffit aux vidéastes formés gratuitement aux outils numériques (le smartphone principalement) de poster leurs vidéos sur Internet et ainsi de faire émerger de nouvelles histoires. Mais le duo ne compte pas s’arrêter là. Ils lancent des sessions de formation dans plusieurs pays africains, à commencer par le Togo. En fait, que sait-on du Togo d’aujourd’hui ? De quand date la dernière actualité du pays reprise dans tous les médias ? Eh bien, de 2015 ! Avec Slice-up, plus question de ne pas entendre les voix africaines dans le récit mondial. Elsa Miské s’est confiée au Point Afrique sur cette approche innovante et sur les actions menées pour atteindre leur objectif, avec l’appui d’une marraine de cœur en la personne de l’actrice Aïssa Maïga…

Lire la suite. Source: Elsa Miské : « Que les premiers concernés racontent eux-mêmes leurs histoires »