Dakar inaugure sa première Maison des Cultures Urbaines

La MCU est équipée pour servir tous les métiers des cultures urbaines. © Ina Makosi

Officiellement inaugurée le 1er mars dernier, la Maison des Cultures Urbaines (MCU) est le premier centre de la ville de Dakar dédié aux métiers des cultures urbaines. Visant à contribuer à la création de lieux d’expressions pour les artistes de la communauté hip-hop au Sénégal, ce lieu se base sur une méthode de fonctionnement inclusive et participative.

Située dans le centre socio-culturel de Ouakam, la Maison des Cultures Urbaines est le nouveau temple des acteurs et passionnés de cultures urbaines. Son ouverture ne pouvait d’ailleurs tomber à meilleur moment, si l’on considère que, cette année, le Sénégal fête les 30 ans du hip-hop.

 

Appuyée par la Ville de Dakar, plus précisément en les personnes du maire Khalifa Ababacar Sall et de l’ancien Directeur de la Culture, le défunt Oumar Ndao, la mise en place de la Maison des Cultures Urbaines (MCU) prouve que les autorités publiques ont enfin pris conscience de l’importance et de l’apport de la communauté hip-hop aux questions de développement.

La Maison des Cultures Urbaines a officiellement été inaugurée le 1er mars dernier, à Ouakam. © Ina Makosi

La MCU, c’est aussi et surtout un projet soutenu par des acteurs de la culture urbaine. Ainsi, l’association Africulturban, présidée par le rappeur et producteur Matador, et l’association Guédiawaye Hip-Hop, dirigée par le rappeur et activiste Malal Talla, plus connu sous le sobriquet de Fou Malade, ont mis leur expertise à la disposition de l’équipe de la MCU.

Par ailleurs, notons que le rappeur Didier Awadi a accepté de jouer le rôle de président de l’Urban Culture Consulting (UCC), un organe regroupant les sept associations qui pilotent la MCU (Yakaar, Kaay Fecc, Jolof For Life, Doxandem Squad, Africulturban, Studio Sankara et Guédiawaye Hip-Hop).

Chargé de mission du Maire de Dakar pour les cultures urbaines et comptant parmi les administrateurs de la MCU, Amadou Fall Bâ est revenu sur tout le processus qui a abouti à l’érection de ce centre. Son équipe a procédé en fonction d’une démarche participative et inclusive, échangeant avec plusieurs structures hip-hop de Ouakam pour s’inspirer de leurs expériences.

« Cet acte s’inscrit dans un souci d’appropriation locale du projet. Installer la MCU ici va permettre aux artistes ouakamois d’avoir un outil indispensable pour le développement de leur art et à Dakar de garder jalousement son rang de première capitale africaine en matière de hip-hop et de cultures urbaines ». – Amadou Fall Bâ

Le chargé de mission du Maire de Dakar pour les cultures urbaines, Amadou Fall Bâ, aux côtés de la Conseillère municipale pour la Ville de Dakar, Soham El Wardini, le 1er mars dernier. © Ina Makosi

Officiellement créée en 2014, la MCU a, depuis lors, enregistré plusieurs accomplissements. Ainsi, depuis son ouverture, plus de 84 activités y ont été accueillies et/ou organisées, et plus de 102 emplois directs et indirects ont été créés. Egalement équipé à la hauteur de sa mission, ce centre d’animation, de formation et de documentation dispose désormais d’une salle de perfectionnement aux métiers des arts scéniques, d’une salle de danse, d’une salle de DJ, d’une salle polyvalente, d’un studio d’enregistrement, d’une scène de concert, d’un restaurant, d’un espace de rencontre pour jeunes et de bureaux multi-fonctionnels.

Premier centre du genre dans la capitale sénégalaise, la MCU veut devenir un pôle majeur de la conversion des passions et rêves de jeunes passionnés de cultures urbaines en métiers et vocations. Face au succès de cette initiative, l’ouverture d’une nouvelle MCU est également prévue à Rosso, en juin prochain. De toute évidence, au Sénégal, le mouvement hip-hop a réussi à s’imposer comme un médium crédible et légitime par lequel la jeunesse peut s’insérer et s’épanouir dans la vie professionnelle.