Cancer du sein : le collectif Vendredi Slam lance le concours «Slamez pour lutter»

Le noeud rose symbolise la lutte contre le cancer du sein.

En ce mois de sensibilisation contre le cancer du sein, le collectif Vendredi Slam a lancé un concours intitulé «Slamez pour lutter». Prenant à cœur cette cause qui touche essentiellement les femmes, le groupe a décidé de faire passer le message avec ce qu’il maîtrise le plus : les mots.

Si Octobre rose, le mois de la lutte et de la prévention contre le cancer du sein, touche presque à sa fin, les initiatives qui le ponctuent battent encore leur plein.

 

Et c’est certainement parce qu’on ne pourra jamais assez dire à quel point cette maladie, à l’origine de centaines de milliers de décès dans le monde chaque année, est redoutable.

«Il y a chaque année près de 1,38 million de nouveaux cas et 458 000 décès dus au cancer du sein (IARC Globocan, 2008). Le cancer du sein est de loin le premier cancer chez la femme à la fois dans les pays développés et dans les pays en développement. L’incidence du cancer du sein progresse régulièrement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire du fait d’une plus longue espérance de vie, de l’augmentation de l’urbanisation et de l’adoption des modes de vie occidentaux.» – Organisation Mondiale de la Santé

Face à ce constat, le collectif Vendredi Slam, un groupe de jeunes slameurs créé en 2009 et basé à Dakar, a lancé le concours «Slamez pour lutter».

 «Nous voulons SENSIBILISER à travers notre plus belle arme : LE SLAM.» – Page Facebook officielle du Vendredi Slam

Jointe par notre rédaction, Samantha Tracy, membre du collectif, a indiqué que l’objectif de ce concours est de pousser le public à écrire, mais surtout à s’informer et à suivre ce qui se dit sur le sujet. Avec ce coup d’essai, ils espèrent apporter leur pierre à l’édifice.

«Nous recueillons des vidéos et des textes pour appeler à l’action et encourager les gens à aller se faire dépister. Nous nous sommes dit que ce serait l’occasion de permettre à tous ceux qui voulaient faire passer un message de le faire. Parce que, vous savez, ce n’est pas toujours simple de passer directement à la scène, donc nous nous sommes dit que passer via Internet, c’est déjà un bon début pour encourager les gens à s’informer sur ce qu’est le cancer du sein.» – Samantha Tracy

Cette initiative du Vendredi Slam a réussi à fédérer au-delà des frontières. En effet, d’autres collectifs issus du Gabon ou encore de la Côte d’Ivoire se sont joints à la cause, en intégrant le jury qui devra désigner le gagnant.

 

«À l’avenir, l’idée, c’est de passer du virtuel au physique, de toucher directement les gens.» – Samantha Tracy

Le cancer du sein ne touche pas seulement les femmes. D’après une étude effectuée par la Société américaine du cancer, la probabilité pour un homme d’avoir un cancer du sein au cours de sa vie est estimée à environ un sur mille.

Article précédentÀ la découverte des Chutes Victoria
Article suivantFemmes d’affaires : un leadership engagé