Notre success story: MAYYAN

Happy In Africa reçoit Moussa TOURE fondateur du moteur de recherche africain MAYYAN. Nous découvrirons son parcours et son expérience entrepreneuriale sur le continent.

  1. Parlez-nous de MAYYAN

Mayyan est un moteur de recherche comme il peut en exister plusieurs sur le marché. Nous ajoutons une grosse différence: c’est la dimension social car 30% des revenus sont destinés au développement du continent Africain. Nous investissons dans des associations sélectionnées minutieusement, qui ont un impact mesurable, une présence sur les différents réseaux sociaux, et en capacité d’intervenir sur un nombre suffisant de pays en Afrique. Le principe est très simple, vous faites vos recherches comme d’habitude, nous vous proposons des liens sponsorisés (annonces) et nous générons des revenus quand vous cliquez sur ces liens pour les régions Europe/Amérique. Nous travaillons ardemment pour que les annonces arrivent sur le continent. Depuis notre lancement, nous sommes content d’avoir reçu plus de 150 000 personnes qui ont réalisé plus de 400 000 recherches. 

2. Quelle était votre motivation au démarrage de cette aventure ?

En 2020, je suis arrivé dans une période de ma vie ou j’avais besoin de trouver un sens à mes actions. Mayyan est avant tout une aventure humaine. Mais la graine qui a lancé ce projet est née d’une volonté de trouver un sens à ma vie et de surcroit un sens à la technologie. Je voulais absolument résoudre une problématique, Comment créer un outil que tout le monde aime utiliser, facile, et qui en plus permet de développer mon continent ? Le résultat: Mayyan est née et je pense qu’on va normaliser la publicité digitale en Afrique et surtout les entreprises pourront déployer des stratégies digitales qui ont un impact positif en Afrique.

3. Quelles étaient vos appréhensions quand vous avez décidé de vous lancer?

Je pense que la première appréhension est tout simplement d’oser se lancer. Une fois que cette première étape est franchie, j’ai forcément eu des appréhensions sur la qualité du produit, l’adhérence au projet, car on s’apprêtait quand même à lancer un moteur de recherche, et donc les utilisateurs allaient nous identifier au Google Africain. Donc très grosse pression.

4. Qu’est-ce qui fait le point fort de MAYYAN?

Je pense après 6mois avoir pu identifier et valider ces forces auprès des utilisateurs finaux :

–  Nous sommes les seuls sur ce créneau (moteur de recherche social Afrique). 

– Une communauté participatif présente sur les 5 continents

– Un potentiel de développement impressionnant (partenariat constructeur mobile, les entreprise, les gouvernements) 

– Une road map technologie orienté Web3 (Blockchain, Crypto)

5. Qu’auriez-vous fait différemment dans votre parcours?

  • Partir avec un réseau très solide
  • Réaliser un site funding pour éviter de brûler trop d’argent au début
  • Je me serais entouré par un board qui valide la stratégie et donne des conseils.

6. Quelle est votre vision de l’Afrique? Comment placez-vous MAYYAN dans celle-ci?

Avant on disait l’Afrique c’est le futur. Moi je dis l’Afrique c’est maintenant! Le digital a connu une ascension fulgurante, les investissements sont solides et structurés, l’approche des entrepreneurs est vraiment pertinente. Chez Mayyan, nous avons un objectif: devenir le point névralgique du digital en Afrique. Tout acteur voulant mettre en avant sa marque, son entreprise, ses produits pourra le faire en Afrique, petite, moyenne et grande entreprise. Nous allons réunir toute la diaspora éclatée sur 4 continents et l’Afrique à un seul et même endroit. En faisant cela nous allons construire des champions en Afrique.

7. Qu’aimeriez-vous dire aux futurs entrepreneurs en Afrique?

Mon objectif est de faire comprendre aux entrepreneurs Africain que tout est possible.. L’impossible n’existe pas et je pense que l’ambition doit être le moteur d’une vie heureuse et épanouie. Cette ambition vous emmènera au sommet peu importe les obstacles sur votre route. Quand vous aurez la définition de ce qu’est la réussite pour vous, personne ne pourra vous arrêter. Un jour j’ai reçu un message qui définit parfaitement ce que je veux dire aux futurs entrepreneurs: « Bonsoir Monsieur Moussa, Félicitations pour Mayyan c’est un honneur de voir un africain réaliser des telles prouesses. Vous m’avez aidé à comprendre que tout est possible. Quand j’étais jeune je disais à mes amis que je travaillerais chez Google un jour et ils me répondaient que c’est de l’utopie, de rêver à un tel point qu’ten jour tu seras plus grand que Google. J’ai une phrase que j’écris sur tous mes agendas, je la lis et me dis que si je ne peux pas toucher le ciel je dois faire venir le ciel à mes pieds. Et tu as justifié cette réplique » 

Article précédentNotre success Story: IVOIRE TRAIL
Article suivantNotre success story: Maison Ahouë