Notre success Story: IVOIRE TRAIL

Saindou KANGOUTE

Happy In africa vous fait découvrir M. Saindou KANGOUTE qui partage avec nous sa passion pour le sport et la nature.

  1. Racontez-nous l’histoire d’IVOIRE TRAIL ?

Ayant baigné dans le sport depuis mon enfance, il est donc une partie intégrante de ma vie. Ma passion pour le sport et pour la nature m’a amené à pratiquer la randonnée pédestre et celle du trail est venue avec le temps. Je vivais cette expérience derrière ma télé en passant du temps à regarder des chaînes de sport comme TREK ou des compétitions telles que GOLDEN TRAIL, UTMB… Constatant que cette activité était peu connue en Côte d’Ivoire, mon ambition était de vulgariser le trail, et permettre la découverte du patrimoine naturel du pays

2. Pourquoi avoir choisi ce sport en particulier ?

Le trail est avant tout une course, un jogging mais avec plus de challenges car il se pratique dans la nature et le type de terrain peut varier (colline, rocailleux, boueux, sableux…), il peut y avoir des obstacles naturels (arbre, boue, liane, racines cachées sous des feuilles…). Ce sport permet également d’apercevoir de beaux paysages le temps d’une course. J’ai espoir que les participants pourront prendre du plaisir en courant dans les parcs, réserves, forêts classées ou non afin de pouvoir contribuer à la préservation de ces éléments.

3. Qu’est-ce qui vous inspire et vous motive le plus ?

Le retour des trailers. C’est important pour moi; car il représente une boussole vers ma vision. Et ce moment je peux dire que la direction est bonne. Le fait de voir de grandes organisations des événements (GOLDEN TRAIL, UTMB…) que je suis, me pousse à me fixer des objectifs et à mettre en œuvre ce qui est possible de faire avec les moyens de bord.

4. Quelles étaient vos appréhensions quand vous avez décidé de vous lancer ?

Les Ivoiriens vont-ils adhérer au concept ? Quels sont les moyens pour identifier tous les sites où il sera possible de faire du trail en Côte d’Ivoire ? A ces questions, il y’a de plus en plus d’espoir, comme je l’ai dit plus haut les retours sont bons. Les expatriés retrouvent une activité qu’ils ne pratiquaient plus faute de connaissance du territoire, certains ivoiriens découvrent agréablement cette discipline.

5. Quel impact souhaitez-vous avoir sur les participants de vos trails ?

Qu’ils prennent conscience de leur bien- être (physique et mental). C’est important de se sentir bien dans son propre corps. Le sport est un très bon moyen pour arriver à ce résultat. Pour les Ivoiriens : qu’ils connaissent mieux leur pays à travers sa richesse naturelle et sa diversité culturelle. Pour les non-ivoiriens : leur permettre également de découvrir la Côte d’Ivoire à travers la nature et la culture.

6. La cible ivoirienne est en quête constante de nouveautés. Pensez-vous à créer ou ouvrir des parcours différents et de nouvelles activités ?

Oui, l’équipe d’IVOIRE TRAIL essaie de s’améliorer après chaque évènement. Nous prenons en compte les recommandations des participants dans le but d’améliorer l’expérience qu’on pourra partager en communauté. Être une communauté, c’est ce que nous visons. Nous ajoutons de nouveaux parcours tant que le site d’accueil nous le permet, en plus on n’a pas fini de dérouler notre plan d’actions 😁

7. Comment voyez-vous IVOIRE TRAIL dans le futur ?

Une référence dans la vie sportive et plus grande compétition de course à pied en Afrique de l’Ouest, pionnier de la valorisation de l’écotourisme en Côte d’Ivoire.

8. Comment vous positionnez-vous sur les questions écologiques ?

A chaque trail nous nous engageons à créer un évènement écoresponsable : Polluer moins le site d’accueil en mettant en place des dispositifs, faire une mission d’assainissement avant et après chaque trail et sensibiliser les participants sur la protection de l’environnement.

9. Quels sont vos conseils pour faire un bon trail ?

Nos conseils sont simples: il suffit juste d’avoir une paire de chaussures adaptée au trail et une tenue de sport. Ce qui est du reste, c’est de juste profiter de la nature et des bienfaits de cet air pur loin de la pollution des grandes villes.

Article précédentQu’est-ce qui rend le secteur technologique africain si intéressant?
Article suivantNotre success story: MAYYAN