Moi, Cheick Diallo, enfant de Kayes et basketteur de NBA

Cheick Diallo: basketteur de NBA.
Le basketteur malien Cheick Diallo, lors d'un match avec Our Savior, le 13 février 2015. © Gregory Payan/AP/SIPA

Mon nom est Cheick Diallo, je suis un enfant de Kayes, une ville de l’Ouest du Mali.  Je suis le benjamin de ma famille, j’ai quatre frères et nous sommes une famille très soudée. Plus jeune, j’étais un fan inconditionnel de football, j’y ai joué très tôt comme probablement 99,9% des enfants en Afrique. A 13 ans, mon père m’a dit: «Mon fils, tu as trop grandi pour continuer à jouer au foot, tu devrais faire du basket.»

C’était impensable pour moi! Je jouais au foot tous les jours avec mes amis et à Kayes, personne ne jouait au basketball! C’est sans grande conviction que j’ai commencé le basket. Sur le terrain, j’étais vraiment mauvais pour tout vous dire. Pour moi, ça n’avait aucun sens de jouer au ballon avec les mains. Dès l’instant où j’ai commencé à y prendre plaisir, j’ai progressé. Plus tard, j’ai fait une rencontre, qui s’avérera déterminante dans ma vie; j’ai rencontré Tidiane Drame.

Tidiane est le fondateur de l’association «Mali Hope Foundation», qui a pour objectif de donner l’opportunité à de jeunes basketteurs maliens de poursuivre leurs études aux USA et d’obtenir une bourse grâce à leurs aptitudes sportives. Tous les ans, il organise un camp d’entraînement au Mali afin de détecter les joueurs les plus prometteurs. J’ai rencontré Tidiane pour la première fois à l’âge de 14 ans, j’étais avec mon meilleur amis Kassoum Yakwe (joueur à l’université de St. John’s). J’ai participé au camp et Tidiane a immédiatement contacté ma famille.

Pour lire la suite: http://www.jeuneafrique.com/368491/societe/mali-moi-cheick-diallo-enfant-de-kayes-basketteur-de-nba/

Previous articleThiès : Un émigré de retour au bercail lance une fabrique de craie
Next articleLes réserves de gaz du Sénégal le placeraient au 7e rang mondial