Elida Almeida, la voix du Cap-Vert

Photo Facebook Elida Almeida

Si le Cap-Vert a connu Cesaria Évora, que l’on surnommait affectueusement « la grande diva aux pieds nus », il s’entiche aujourd’hui d’Elida Almeida, surnommée « la jeune à la voix mélodieuse ». La Cap-Verdienne, qui chante en portugais, a séduit le public au-delà des frontières de son pays. En 2015, elle remporte le prix Découverte RFI. Sa voix retentit depuis au-delà de l’archipel et s’impose petit à petit à travers le monde. Portrait d’une musicienne qui allie tradition et modernité.

C’est à Pedra Badejo, une localité côtière située à 31 km de la capitale Praia, qu’Elida Almeida voit le jour en 1993. Mère dès l’âge de 17 ans, la jeune femme ne baisse pas les bras. Elle poursuit son rêve et se forme à la technique vocale en chantant à la chorale de l’église. Sa technique est appréciée et sa voix séduit. Elle commence à jouer dans les bars de Praia et obtient rapidement une notoriété dans l’archipel.

 

En 2015, elle participe au Festival des Musiques Métisses à Angoulême, en France, et foule pour la première fois une scène à Paris. En novembre 2015, elle est désignée lauréate du prix Découvertes de RFI, dont le jury est présidé par la Malienne Oumou Sangaré. Elle se produit ensuite sur le continent africain, notamment en ouverture du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA), et à la 10e édition du Festival de Jazz de Kinshasa. La reconnaissance continentale est acquise.

En plus de sa jolie voix, Elida Almeida a une plume prolifique. Elle écrit ses chansons lors de ses voyages. L’inspiration lui vient de partout.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, nuit, bandes et plein air« La deuxième, Kontam, je l’ai faite au Canada lors d’une tournée l’an passé au mois de juin. les musiciens étaient sur scène, en train de préparer le concert, Moi j’étais backstage et c’est venu comme ça ! La troisième, Nlibra DiBo, c’était avec mon fils lorsqu’on était en vacances à Paris l’an dernier. Je peux écrire n’importe où, quand je me sens en paix.» – Elida Almeida

Résultat de recherche d'images pour "kebrada Elida Almeida"Sorti le 20 octobre dernier, Kebrada, le deuxième album d’Elida Almeida, marque l’africanité de la Cap-Verdienne. Avec une énergie latine, fruit de la colonisation portugaise, elle invoque dans cet album les rythmes du Cap-Vert, dont le batuque, le funana, le coladera ou le tabarka. Réalisé à Abidjan, les arrangements de l’album Kebrada ont été conçus par Hermani Almeida, un musicien cap-verdien très ancré dans les sonorités africaines. Il joue d’ailleurs un très grand rôle aux côtés d’Elida.

«C’est quelqu’un qui s’est fait un nom au Cap-Vert, tout le monde le respecte. Il a une grande expérience. […] Il a une mentalité ouverte.» – Elida Almeida

Après Cesaria Évora, le Cap-Vert tient sa nouvelle ambassadrice. La jeune Elida Almeida, 24 ans, a acquis une maturité musicale qui la propulse au-devant de la scène. Elle est loin d’avoir fini de tracer sa voie, comme elle l’affirme d’ailleurs sur RFI : « Je suis Cap-Verdienne, j’aime ma tradition, mais j’aime apporter autre chose à la musique du Cap-Vert ».

1 COMMENTAIRE