Dr Helena Ndume : elle redonne la vue!

«Docteur Miracle», c’est son surnom. Helena Ndume restaure les vues. Dans son pays natal, la Namibie, l’ophtalmologiste est une héroïne. Elle attire le regard du monde en 2015 en recevant le tout premier Prix Nelson Mandela de l’ONU, décerné à ceux qui ont consacré leur vie au service de l’humanité. En 2017, elle fait partie des 100 personnalités africaines les plus influentes au monde.

Une mère qui n’avait jamais vu son bébé, un villageois qui n’avait pas travaillé depuis des années, un vieil homme qui n’avait jamais vu son argent de retraite. Helena Ndume se charge de transformer l’histoire de ces milliers de Namibiens aveugles en résolvant leur problème oculaire. La cataracte et les troubles de la lentille oculaire sont les principales causes de cécité dans ce pays dont la population fait à peine deux millions d’habitants.

 

Travailleuse infatigable, Helena Ndume a effectué avec son équipe plus de 30 000 opérations chirurgicales de restauration de la vue en Namibie et dans les pays voisins, au cours de l’année 2017. Chef du département d’ophtalmologie du plus grand hôpital namibien, Windhoek Central, elle dirige également des camps de vacances dans le sud-ouest de l’Afrique pour soigner gratuitement la population.

Pour Helena Ndume, le fait de voir les patients rentrer chez eux avec la mine réjouie plutôt que déprimée est très gratifiant. Au début, se souvient-elle, les gens étaient un peu sceptiques à l’idée d’avoir un médecin opérant leurs yeux. Mais après la réussite des premières procédures médicales, le message s’est répandu comme une traînée de poudre.

 «Il n’y a pas d’argent dans ce monde qui puisse payer la joie de quelqu’un qui était si aveugle pendant tant d’années, et puis soudainement, il retrouve la vision.» – Helena Ndume

Helena Ndume a grandi en Namibie qui était alors un département occupé par l’Afrique du Sud. Enfant, elle voulait devenir une créatrice de mode. Mais elle a vite fait d’abandonner son rêve.

À l’âge de 15 ans, Ndume fera partie de ses nombreux Namibiens qui se sont installés en Zambie, en passant par l’Angola, pour rejoindre le mouvement de libération auteur de l’indépendance de leur pays. Là, elle a été hébergée dans des camps de l’Organisation du Peuple du Sud-Ouest africain.  «Dans une Namibie indépendante, nous avons besoin de médecins, pas de créateurs de mode», disait Nahas Angula, actuel Premier ministre namibien, se souvient Ndume.

Ainsi Ndume fut envoyée en Allemagne pour devenir médecin et, en 1989, elle retourna dans une Namibie libérée, pour pratiquer la médecine du travail. Elle a cependant été instamment priée de se spécialiser en ophtalmologie afin de résoudre le plus gros problème de cécité en Namibie.

«Pour eux, c’était vraiment un miracle et ils me diront même que c’est comme Jésus quand il faisait revenir les aveugles et c’est pourquoi je pense qu’ils m’appellent le Docteur Miracle » – Helena Ndume

L’incroyable énergie et le dévouement de Ndume ont également inspiré d’autres personnes à rejoindre sa mission pour débarrasser la Namibie de la cécité évitable.

En conséquence, des groupes internationaux tels que Surgical Eye Expeditions (SEE), Seeing Without Borders et des médecins individuels se rendent en Namibie chaque année, consacrant leur temps et leur expertise pour aider les personnes démunies à retrouver la vue.

Article précédentLe génie artistique ghanéen
Article suivantL’argent fait-il réellement le bonheur ?