Afrik Fashion Show 12 : L’inépuisable talent créatif du continent en lumière

PARTAGER
Crédits: Fratmat Info

C’est dans une majestueuse salle du Palais des congrès, du Palace abidjanais du Sofitel Ivoire que la crème de la mode africaine s’est donnée rendez-vous, à la faveur de l’évènement annuel qu’est Afrik Fashion Show, dans la soirée du 7 octobre 2017.

 

 

Au nom du gouvernement, le ministre du Tourisme, Siandou Fofana, a salué le vivier créatif de l’évènement, signalant au passage l’enrichissement mutuel entre culture et tourisme. Avant d’indiquer que le gouvernement, aussi bien par son département que celui de la Culture et de la Francophonie continueront de le soutenir et d’arguer sur la portée stratégique d’Afrik Fashion Show : « Mettant notre cher pays et son tourisme culturel à la lumière des médias, cet évènement est un vecteur important du tourisme local. La mode d’un pays renseigne sur la culture et les traditions de celui-ci et aide à comprendre son histoire ».
Pour cette 12e édition, l’évènement porté par la communicante et férue de mode, Isabelle Anoh du label « Avant-Garde Production », revêtait un cachet particulier après l’édition précédente qui lui avait valu l’Award du meilleur évènement de mode ouest-africain, car son initiatrice, la veille, avait été portée par ses pairs à la présidence de la toute nouvelle Association des Fashion Weeks d’Afrique (Afwa).  Le tout autour de la thématique générique de « Mode africaine, inspiration et créativité ». C’est donc à un spectacle phosphorescent que les ténors de la trempe de Pathé’O, Ciss Saint Moïse, Gilles Touré, Michèle Yakice, Reda Fawaz, rejoins en cela par les jeunes pousses tels qu’Ouli Pat, Syllama Design et Franck Gnamien, en ce qui concerne la légion ivoirienne, ont donné aux esthètes de la mode d’assister. Bien plus, intégrée désormais à la famille des créateurs, Isabelle Anoh qui signe sa ligne de vêtements de la griffe Missano, a (dé) montré par son baptême du feu, s’il en était besoin, ainsi que le prescrit l’adage  qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.

 

La 1ère de Miss Zahui :Côté créatif ivoirien toujours, l’on note avec emphase, le défilé, le 1er en 12 éditions, de Miss Zahui, à Afrik Fashion Show. Venant dissiper ainsi, les allégations de dissensions entre Isabelle Anoh et l’une des figures de proue de la mode ivoirienne voire africaine qu’est Miss Zahui.

Celle qui affiche à ses états de service de nombreuses distinctions, des prix prestigieux, un évènement de révélation de jeunes talents à travers son Ong, « Yehe », plus de deux décennies durant, venant en appendice à son école de couture, Figaro. Sans compter avec la promotion du « Tapa », l’écorce végétale qu’elle contribua à placer comme matériau noble de la confection en haute-couture « Made in Africa ».

Les créateurs de mode et stylistes Bazem’Sé (Burkina Faso), Koro DK Style (Burkina Faso), Maria Bocoum (Mali), 6 Kasso (RD Congo) Bineta Salsao (Sénégal) et Elima (Togo) ont fait voyager les quelque 2000 amateurs de froufrous privilégiés qui ont pris d’assaut le Palais des congrès, dans les méandres de la créativité vestimentaire de l’Afrique.

Il est à noter que les membres du Bureau de l’Afwa ainsi que la quinzaine de stylistes qui ont pris part à son assemblée générale, étaient de la soirée avec des journalistes de leurs pays respectifs. Il en est donc ainsi, de la vice-présidente Afrique de l’ouest, Adjovi Emmanuelle Jodan (promotrice de Emma Style Show à Dakar); le vice-président Afrique centrale, Grégoire Piwélé (promoteur de l’Annual Show au Cameroun); le vice-président Afrique du nord, Alphadi Seidnaly (promoteur du Fima au Niger), représenté par sa fille Lalah. Sans oublier la trésorière générale, Isabelle Moreno (promotrice de Moreno’s fashion show de Côte d’Ivoire).

Noblesse oblige…

Prouver que la mode africaine n’est point chloroformée mais, bien au contraire, sur-vitaminée, objectif qui sous-tend Afrik Fashion Show, semble avoir été atteint, à maints égards.  En témoigne, le… témoignage de Gilles Touré : « C’est l’Afrique qui s’exporte. C’est la fête ».  Qui a proposé une collection en noir et blanc « No colors, hommage au Christian Dior des années 1990 », a-t-il précisé. « C’est important d’être là, c’est le carrefour de la mode », a affirmé la créatrice burkinabè Koro DK qui a présenté une collection « Fleur de femme ». « C’est un défilé comme à Paris ou aux Etats-Unis. On n’a pas les mêmes acheteurs, c’est vrai, mais les idées sont là. L’Afrique est pleine de ressources », a ajouté la créatrice, qui s’est en partie formée en France.

Le secteur de la mode et ses métiers connexes, en Côte d’Ivoire, qui emploie près de 300 000 personnes, au dire du Représentant régional pour l’Afrique de l’ouest de l’Unesco, Ido Yao, devrait connaître une plus grande embellie dans ce pays et en Afrique, au-delà d’Afrik Fashion Show, relativement à l’Afwa portée sur les fonts baptismaux avec Isabelle Anoh comme présidente de ladite faîtière continentale. « C’est un secteur porteur qui contribue lourdement au développement économique. En effet, si nous nous sommes donnés pour mission de valoriser la mode africaine et de l’aider à émerger, ce n’est pas pour les prix que nous recevons. Non ! Nous avons juste voulu faire de la mode, un métier noble, un métier à part entière… », précise Isabelle Anoh, l’organisatrice.

Source: Afrik Fashion Show 12 : L’inépuisable talent créatif du continent en lumière