Une sélection de découvertes musicales inspirées et authentiques

La musique, un art du cœur qui éblouit l’âme. Certains artistes ont l’art de nous toucher, d’autres de nous transporter au delà du réel. Nous vous faisons découvrir une sélection de nouveaux musiciens qui de par leur talent vont vous émouvoir.

Tamikrest (Mali)

Le blues du désert, un genre musical profond et secouant. Le groupe Tamikrest, considéré dès leur début comme les fers de lance de la nouvelle génération touareg, ces héritiers légitimes de Tinariwen, ont défriché depuis bien longtemps les pistes entre le blues du désert et le rock de l’occident.

Leur musique affine la fusion des genres, avec tour à tour des batteries qui s’entrechoquent, sublimées par des mélodies djembés et calebasses, harmonisées par des tempêtes de sable traversées de guitares brûlantes et des complaintes intimistes qui résonnent dans les nuits glacées du Sahara.

https://www.facebook.com/tamikrest/

 

Hindi Zahra (Maroc)

Chez Hindi Zahra, la musique n’est pas qu’une histoire de famille, c’est une histoire de vie. Sitôt qu’elle se met à chanter, l’oreille se tend tout doucement, irrésistiblement. Un rien de nonchalance dans les reins, un zeste de swing ajusté dans le chant, un léger voile dans la voix. Elle est d’une douceur naturelle et enchaîne les mélodies originales. Les guitares l’accompagnent sans forcer, d’un accent manouche, et d’une pointe de blues. Elle fait rimer intensité et intimité avec sa musique, des vibrations poétiques qui suspendent le temps.

Née au Maroc, d’un père militaire et d’une mère berbère au foyer, comédienne à ses heures et chanteuse reconnue au village, Hindi Zahra a longtemps baigné dans le post psychédélique du Maroc d’alors. Elle grandit en écoutant les divas du raï et du châabi et les divas égyptiennes, comme Oum Khalsoum. Elle s’est ainsi façonnée entre musique traditionnelle berbère et rock’n’roll du bled, mais aussi non loin du blues malien du grand Ali Farka Touré et du folk sensuel d’Ismaël Lo.

De sa plume mélancolique, la chanteuse Hindi Zahra chante la vie dans toute ces facettes.

https://www.instagram.com/hindi_zahra/

Blitz The Ambassador (Ghana)

La plupart des artistes repoussent les barrières des genres musicaux, d’autres s’en affranchissent totalement et cassent tous les moules. Blitz The Ambassador se classe clairement dans cette catégorie, de par les arrangements et les capacités vocales uniques de sa musique, mêlant sonorités africaines, comme le Highlife et l’Afrobeat, avec un son hip-hop originel et original. Leader d’un nouveau mouvement musical, né et élevé à Accra, au Ghana, il a grandi bercé par des influences diverses, allant du Jazz à la Motown en passant par le Highlife. Il puise dans son inspiration pour donner voix à toute une nouvelle génération.
Grâce à des chansons comme «Remembering the future», «Revival» et «Dear Africa», Blitz dépeint une Afrique que peu connaissent, au passé riche et à l’avenir positif, bien qu’elle souffre encore des effets de la colonisation et de l’exploitation. Stereotype, son album de 2009, a été acclamé par la presse, notamment par Billboard Magazine, NPR, et The Miami Herald.

https://www.facebook.com/BlitzAmbassador/

Keziah Jones (Nigeria)

Né Olufemi Sanyaolu à Lagos, au Nigeria, le 1er octobre 1968, Keziah Jones est un artiste qui mêle le blues, la soul et le funk et a créé un style propre : le blufunk. Keziah a largement été influencé par la personnalité politique et morale du musicien nigérian Fela, ainsi que par la guitare de Jimi Hendrix et de Prince.

En 1993, il produit un mélange de funk et de blues acoustique «Blufunk Is A Fact», porté par le succès planétaire du single «Rhythm is love».

Chanteur original et talentueux, Keziah Jones est le nouveau visage du blues.

https://www.instagram.com/keziahjonesofficiel/

Noora Noor (Somalie)

Noora Noor, une artiste néo soul, est aussi connue sous le nom de «Scandinavian Queen of Soul». Née d’un père somalien et d’une mère yéménite, cette artiste arrive en Norvège en tant que réfugiée politique alors qu’elle n’est âgée que de 11 ans. Noora se fait remarquer très vite de par l’authenticité de son timbre de voix. Elle s’inspire de divas de la soul comme Nina Simone, ou encore Etta James, pour bâtir son univers musical.

Sa musique est un véritable retour aux racines, un hommage à la soul brute, authentique, à l’image de celle de Stax et plus globalement de la «southern soul». Néanmoins, elle s’inscrit aussi dans un registre beaucoup plus moderne avec une touche Noora Noor.

https://www.facebook.com/nooranoormusic/

Previous articleCasablanca va accueillir la 5e édition du Salon international du Bâtiment et des Travaux publics
Next articleUn prototype d’alcootest pour dépister le paludisme