Swaziland : une culture séculaire

Le Royaume du Swaziland est la dernière monarchie absolue d’Afrique. Sa culture et ses traditions sont imprégnées d’un style de vie unique et résolument décontracté. C’est un petit royaume pittoresque et curieux, à la joie de vivre séculaire. Un havre de paix qui sait se faire aimer, à condition de prendre le temps de le découvrir.

Le Swaziland est l’un des plus petits pays d’Afrique, mais aussi l’un des plus fascinants sur le plan culturel. Très attachés aux traditions héritées des ancêtres, les rites et cérémonies qui y sont pratiqués le sont pour la plupart depuis des décennies.

Résultat de recherche d'images pour "danse du roseau swaziland"
La danse du roseau swazie Ⓒ https://www.abcdetc.com

Le plus remarquable de ces événements est sans conteste la cérémonie de la danse des roseaux, ou “Umhlanga”. C’est une tradition swazie qui se déroule chaque année et est souvent très controversée, au-delà des frontières du royaume. Elle découle d’une tradition ancienne appelée « umcwasho », un rite de chasteté à observer pendant 5 ans.
Pendant cette période, les vierges portaient des signes distinctifs : des pompons en laine jaune et bleu pour les filles en dessous de dix-huit ans qui devaient éviter tout contact physique avec un homme, des pompons rouge et noir pour les plus âgées qui avaient le droit de fréquenter un homme sans toutefois avoir de relation sexuelle.
Si la jeune fille avait le malheur de tomber enceinte en dehors des liens du mariage, sa famille était punie d’une amende : une vache ou un bœuf, qu’elle devait donner au chef local.

Le principe de la danse du roseau est de réunir des dizaines de milliers de filles et de jeunes femmes qui défilent jusqu’à Ludzidzini, la capitale et résidence du roi. Elles cueillent des roseaux venus des différentes régions du royaume, qu’elles offrent au souverain et dansent, seins nus, vêtues de costumes traditionnels colorés.

Il s’agit d’une tradition qui encourage les jeunes filles à rester chastes jusqu’au mariage, mais aussi depuis la prolifération du VIH à en éviter la propagation.

Résultat de recherche d'images pour "danse du roseau swaziland"
Le roi du Swaziland, Mswati III, lors de la cérémonie de la danse des roseaux, le 3 septembre 2012 Ⓒ Themba Hadebe

 

Lors de cette cérémonie, les jeunes filles sont réunies pendant une semaine en août ou septembre dans le village natal de la reine mère, à Ludzidzini, pour l’honorer et entretenir sa propriété. Pendant quelques jours, elles vivent en communauté, mangeant, dormant et évoluant ensemble. La danse des roseaux est bien plus qu’une danse. Finalement, il s’agit d’un rite initiatique qui permet à la jeune fille de devenir une vraie femme en célébrant sa pureté et en prêtant allégeance au roi. Le jour J, les chants et les danses se succèdent et le spectacle est saisissant. Les jeunes filles sont seins nus, simplement recouvertes d’un pagne avec des ceintures de perles ou des bijoux. Certaines brandissent un couteau, symbole de virginité, et toutes tiennent dans leur main une tige de roseau (ou de bambou) qu’elles vont déposer au pied du monarque en signe de respect.
La parade est menée par une princesse du clan royal, des dignitaires étrangers, des touristes et des habitants, en nombre suffisant pour remplir un stade!

L’origine du rite est à rechercher dans la culture zouloue. Selon la légende, les ancêtres zoulous auraient émergé d’un lit de roseaux, une plante qui sert énormément dans l’artisanat et l’habitat locaux. Une preuve de l’attachement du peuple swazi à ses croyances ancestrales.

Article précédent“Afrique du rire”, un premier festival itinérant pour faire hurler de rire le continent
Article suivantRwanda : comment Kigali devient une destination pour le tourisme d’affaires