Quartiers Lointains : un programme qui promène le cinéma africain à travers le monde

© Ti-Lan Photographies

“Quartiers Lointains” est un programme qui diffuse le court métrage africain à travers le monde. Il propulse le travail des réalisateurs africains et propose une nouvelle image du continent.

“Quartiers Lointains” est le fruit de l’amour que la journaliste franco-burkinabée Claire Diao porte au cinéma d’Afrique. En 2014, Claire Diao demande au réalisateur français Atisso Médessou de présider l’association. La spécialiste du 7e art africain s’est toujours entourée de personnes compétentes pour l’assister dans son vœu d’afficher le cinéma de l’Afrique sur tous les écrans.  En 2016, Claire Dio reprend la présidence. Aujourd’hui, elle a le soutien de la recherchiste-iconographe et réalisatrice Caroline Blache ainsi que de Dorothée Oum.

 

Le 7e art africain manque de visibilité, malgré les puissants thèmes qu’il développe. Peu de cinéphiles le connaissent,  une situation à laquelle “Quartiers Lointains” tente de remédier.

« Lorsque je chroniquais sur des films africains pour Courrier international ou le Bondy Blog, les lecteurs me disaient souvent : « Ça a l’air très bien, mais on peut les voir où ? »

– Claire Diao

Aujourd’hui, en plus des nombreux festivals qui proposent une programmation d’œuvres africaines du cinéma, “Quartiers Lointains” veut donner encore plus de place au cinéma africain. Pour ce faire, le programme offre une meilleure visibilité aux jeunes talents du cinéma. Quand les organisateurs de “Quartiers Lointains” proposent un film, le nom de son réalisateur sera forcément mis de l’avant. C’est ainsi qu’ils ont misé sur Rachid Djaïdani (avant son long métrage Tour de France), Wallid Matar (qui termine actuellement la postproduction de son premier film), Cédric Ido (La vie de château), Alice Diop (avant son César du meilleur court métrage pour Vers la tendresse)…

Le succès de “Quartiers Lointains” réside aussi dans la diversité de sa programmation. Si les réalisations africaines s’expriment souvent dans les langues coloniales, Claire Diao et son équipe jettent aussi leur dévolu sur des productions, où le verbe est conjugué dans les dialectes du continent.

« L’idée, c’est aussi de donner une autre image du continent. Nous montrons les genres les plus variés possible, donnons à entendre d’autres langues que les langues coloniales, d’autres problématiques dans des pays qui dépassent le périmètre de l’AOF. Paradoxalement, les spectateurs viennent en pensant que tout ça est très loin d’eux… et repartent en se sentant directement concernés. » -Claire Diao

“Quartiers Lointains” veut aller plus loin et permettre aux réalisateurs de participer aux projections de leurs films. Pour y arriver, le projet s’autofinance, tout en laissant la porte ouverte aux mécènes qui voudraient les accompagner.

Prochains rendez-vous :

29/09 Gif sur Yvette – Festival vo/vf

30/09 Lagos (Nigeria) – Light Camera Africa!

12/10 Échirolles et Meylan

Octobre : Joburg Film Festival (Afrique du Sud)

15/10 : Gyptis, Marseille

17/11 : Grenoble – Maison de l’image

Novembre : Yaoundé (Cameroun) – RIFIC

16/12 : Dakar (Sénégal) – Institut Français

22/12 : Porto-Novo (Bénin) – AfricaDocs Bénin

Mars : Kigali (Rwanda) – Mashikiri Film Festival

Article précédentClassement : qui sont les 100 leaders africains de demain ?
Article suivantWomen in Africa Summit 2017 : le gotha du leadership féminin réuni à Marrakech