Ndume Olatushani : Condamné à mort, l’art l’a sauvé

Son histoire et son dénouement ont remué l’opinion publique aux Etats Unis. Ndume a passé vingt-huit (28) années en prison dont vingt (20) dans le couloir de la mort, pour un crime qu’il n’a pas commis. L’homme qui en est sorti grand et engagé, a réussi à vivre cette épreuve grâce à l’art. Il sera à Abidjan, en Côte d’Ivoire les 9 et 10 avril.

C’est à l’occasion du troisième congrès régional africain contre la peine de mort que l’homme foulera pour la première fois le sol ivoirien. Il est invité par l’Association Ensemble contre la peine de mort, ce au même titre que quatre autres personnes. Ils ont en commun d’avoir connu le couloir de la mort pendant plusieurs années avant d’avoir été innocentés. C’est un pèlerinage oppressant que de devoir faire face à une mort imminente et anticipée au quotidien. L’expérience est d’autant plus difficile quand vous êtes inculpés injustement.

 

“Grâce à l’art, je ne me suis jamais senti leur prisonnier, mon esprit est resté libre”

Pour Ndume, le sentiment le plus fort était la colère au moment du verdict:

J’étais juste très en colère. Je savais que j’allais être condamné pour un crime que je n’avais pas commis. Ma seule envie était d’envoyer balader les juges et les jurés, j’étais vraiment en colère.

Retrouvez la suite de cet article en cliquant sur le lien suivant : Ndume Olatushani : Condamné à mort, l’art l’a sauvé

Partenaire

Abidjan, Côte d’Ivoire
Culturiche est un webzine qui décrit l'actualité culturelle et artistique de l'Afrique. Critique, ouvert, et fun; Culturiche veut rendre le domaine des Arts et de la Culture accessible à tous à travers un agenda, un web TV, et une rédaction avisée.