“Minga et la cuillère cassée” une animation camerounaise

L’industrie culturelle camerounaise poursuit ses efforts de valorisation de ses talents. Avec une musique qui a déjà fait le tour du monde, le pays veut désormais s’illustrer dans les films d’animation. La sortie du premier long métrage d’animation 2D camerounais est prévue pour novembre 2017. Cette production de Claye Edou s’intitule «Minga et la cuillère cassée».

Avant de s’étaler sur cette nouvelle production, il convient de rappeler que Minga et la cuillère cassée s’inspire d’un conte camerounais écrit par les professeurs Emmanuel Soundjock et Charles Binam Bikoi.

 

 

Le synopsis

C’est l’histoire d’une orpheline appelée Minga. Ayant nulle part où aller, elle vit chez sa marâtre, Mami Kaba. Son comportement avec l’orpheline est digne d’une scène de torture. Tout au long de ce scénario, elle va mener la vie dure à la petite Minga. Plus tard, l’orpheline sera chassée de la maison. Pourquoi ? A cause d’une cuillère cassée. C’est à ce niveau du récit que la vie de Minga commence à basculer entre ses sentiments, ses rencontres et les surprises de la vie.

Cette histoire de Minga est un patrimoine dans le récit africain. Chaque pays détient une histoire similaire. Pour produire Minga et la cuillère cassée, le réalisateur s’est inspiré des auteurs de la littérature de son pays. Si ces acteurs de la littérature ont réussi leur mission, il faut désormais saluer l’exploit de Claye Edou qui a su adapter les contes anciens aux nouveaux outils de communication. Le Cameroun, comme plusieurs pays d’Afrique, est fondé sur une tradition orale.

La réalisation

Le film est réalisé par Claye Edou, le fondateur des studios Cledley Productions. Les voix du film sont principalement celles de Danielle Bonam (Minga dans le film), d’Alexis Bell, d’Anicet Simo et d’Anthéricis. Les paroles originales des chansons du film sont signées Richardo Ebong Njoh et la musique est de Pierre Ngome.

Avec un décor qui se base sur les traditions de l’art africain, Claye Edou nous propose la vie au village où les personnes tutoient la faune et la flore. Le réalisateur nous plonge également dans des réalités typiquement africaines telles que la sorcellerie. Le génie de ce camerounais c’est aussi de pouvoir allier ces thèmes avec des aspects légers qui plaisent aux téléspectateurs comme l’amour et l’humour.

En attendant la sortie de ce premier long métrage d’animation 2D camerounais prévu en novembre, nous vous laissons découvrir la bande annonce:

Article précédentAu Nigeria, les femmes tiennent le haut du pavé
Article suivantCameroun: Booster le secteur agropastoral pour réduire le chômage