Mali: Quand la diversité engendre la beauté

Groupe de musiciens Maliens Ⓒ www.pinterest.com

Le Mali, vous l’aurez compris, est très ancré dans sa tradition héritée de son histoire et de sa mythologie, mais cela n’empêche qu’il est l’un des rares pays africains à exporter avec brio sa musique et ses sonorités dans le monde entier. Célèbres sur les scènes européennes depuis des décennies, les artistes maliens se partagent plusieurs styles musicaux qui reflètent l’étendue de la beauté et la diversité culturelle du pays.

La musique malienne est un riche condensé de l’histoire du pays ainsi que de la mosaïque culturelle dont elle est généreusement pourvue. Elle s’inspire aussi bien des légendes traditionnelles à travers l’art oratoire des griots que des nouvelles techniques contemporaines avec des influences venues d’Amérique ou d’Europe.

Résultat de recherche d'images pour "griots maliens"
Toumani Diabaté et son fils Sidiki, héritiers d’une longue lignée de griots Ⓒ https://voyageforum.com

Ses sonorités empreintes de nostalgie sont un véritable voyage de l’ouïe et vous transcendent pour peu que vous vous laissiez bercer par la mélodie enchanteresse de ses instruments. Malicieux mélange de tradition ethnique et de modernité, les rythmes maliens sont reconnaissables entre tous : la kora, le djembé, le balafon ou encore le tam-tam sont les instruments les plus répandus. La flute quant à elle est surtout l’instrument de prédilection chez les nomades Touaregs et Peulhs.

 

Image associée
Kora, instrument de prédilection des griots malinkés Ⓒ http://soleil-d-ailleurs.over-blog.com

Les griots malinkés au timbre de voix si puissantes sont connus au-delà des frontières maliennes et s’accompagnent de la kora, du n’goni une sorte de banjo, ou du violon. L’essentiel de leur talent étant véhiculé par le charme des louanges qu’ils chantent et par les saisissants témoignage de l’histoire d’une famille ou d’une ethnie. Forte de cette renommée largement méritée, la musique malienne a su conserver sa pureté traditionnelle tout en se modernisant grâce à des artistes comme Salif Keïta, avec ses rythmes de sonorités rock teintées de mélopées mandingues, Toumani Diabaté, illustre joueur de kora et descendant d’une grande lignée de griots, Oumou Sangaré, la diva internationale, Mama Cissoko, virtuose du n’goni, le couple de non-voyants Amadou et Myriam, Ali Farka Touré reconnu comme l’un des meilleurs bluesman au même titre que Boubacar Touré dit Karkar ou encore Nahawa Dioumba. Tinawiren est également une agréable découverte qui à travers sa musique mi-traditionnelle mi-moderne nous fait voyager dans le désert à la découverte de l’ethnie touareg.

Résultat de recherche d'images pour "salif keita"
Salif Keïta en live Ⓒ http://www.afrique-sur7.fr

Plusieurs stars internationales, frappées par l’originalité du style musical malien ont fait le voyage pour graver dans le marbre de véritables chefs-d’œuvre. C’est le cas de Ry Cooder et de Bjork  qui ont collaboré de nombreuses fois avec Ali Farka Touré ou encore de Manu Chao avec le duo Amadou et Myriam.

Résultat de recherche d'images pour "amadou et mariam"
Amadou et Mariam en concert Ⓒ http://www.malicom.net

Plus récemment, des artistes comme Inna Modja, Sidiki Diabaté le fils de Toumani Diabaté, véritable révélation auprès de la jeunesse ou encore le rappeur français d’origine malienne Oxmo Puccino et Mokobé défendent dignement les sonorités de leur pays en les rendant plus mélodieuses sans pour autant les dénaturer.

Quelques albums à découvrir

De nombreux festivals ont aussi lieu tout au long de l’année afin de valoriser l’éventail de la culture malienne, mais surtout pour la magnifier et la partager. C’est le cas du festival du désert, créé en 2000 et qui se veut une initiative d’Essakane Production sarl en partenariat avec des associations touareg et qui a pour but de faire connaitre la culture du peuple à travers ses chants et ses danses, dans le même esprit que le festival d’Essouk. Le festival sur le Niger de Ségou est également un rendez-vous incontournable pour les mélomanes tout comme le triangle du balafon de Sikasso qui comme son nom l’indique est une réunion de joueurs de balafons du Mali et de la sous-région. Le festival des trophées de la musique au Mali est également un rendez-vous bien implanté dans la vie culturelle malienne depuis sa première édition en 2003.

Résultat de recherche d'images pour "tinariwen"
Le groupe Tinawiren, d’origine Touareg Ⓒ https://www.kuumbwajazz.org

Une richesse vocale, mélodique et rythmique qui se veut africaine avant tout, mais surtout qui dans son évolution, retrace les étapes de l’histoire du pays depuis la gloire de l’empire du Mali jusqu’à nos jours. Nul doute que nous aurons encore de belles surprises acoustiques à découvrir avec ce pays qui continue de nous séduire jour après jour.

Article précédentAgriculture : des drones pour veiller sur les plantations en Afrique de l’Ouest
Article suivantMakutano 2017 veut « booster le patriotisme économique » en RDC