Les délices de la cuisine ivoirienne

Attiéké ivoirien © http://pleindepices.com

S’il y a bien une chose que nul n’oserait nier au sujet de la Côte d’Ivoire, c’est la diversité de sa cuisine. Les riches et diverses cultures du pays lui permettent d’avoir une mosaïque de saveurs à proposer, tout aussi appétissantes les unes que les autres, mais surtout, ce qui séduit tout particulièrement, c’est la grande diversité de la cuisine locale.

Les produits de base de la cuisine ivoirienne sont surtout locaux : le manioc, l’igname, la banane plantain, le gombo, la noix de palme, l’arachide ainsi qu’une diversité de fruits et de légumes.  Les goûts se mêlent et ne se ressemblent pas. La Côte d’Ivoire, le pays de la gastronomie africaine? On serait tenté de lui attribuer ce titre tant il est difficile de résister à l’appel des saveurs appétissantes prodiguées par sa diversité culturelle.

 

Dans le sud côtier, la mer règne en maîtresse et ses produits sont donc à l’honneur. La carpe braisée, avec son assaisonnement détonnant, est le plat par excellence de la région, accompagnée du traditionnel attiéké.

En pays akan, la prévalence va à l’igname qui est cultivée en abondance. Ici, le tubercule possède même sa propre fête.

À l’ouest du pays, les Bétés sont de grands consommateurs de riz, la céréale locale.

La cuisine du nord est basée sur la consommation du riz et du mil, accompagnés de plusieurs variétés de sauces.

Les produits qui reviennent le plus souvent dans la cuisine ivoirienne sont déclinés de plusieurs manières rajoutant une touche d’originalité à une diversité déjà garantie.

Image associée
Banane plantain frite © https://www.organicolivia.com

La banane plantain ou banane-légume est le joyau de la gastronomie ivoirienne. Elle se sert bouillie, en foutou ou frite, pour façonner de délicieux allocos et claclos, des beignets fortement appréciés.

Le manioc est le tubercule qui permet la fabrication du tapioca ainsi que de l’attiéké, le plat national de la Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une semoule de manioc obtenue après fermentation du tubercule pendant plusieurs jours, il est ensuite séché au soleil, broyé, essoré, séché à nouveau, puis vanné avant d’être cuit à la vapeur. Puis, il est agrémenté de l’accompagnement souhaité. Ce mets a réussi à franchir les frontières du pays s’exportant partout dans le monde et séduisant par son goût et sa texture originale.

L’igname est un tubercule imposant qui peut parfois peser jusqu’à vingt-cinq kilos. Il est le plus souvent proposé en ragoût ou frites, mais le plus souvent, il sert à la préparation du foutou.

La noix de palme est le fruit du palmier à huile, grâce auquel on prépare la sauce graine et l’huile de palme.

La farandole de fruits que l’on retrouve en Côte d’Ivoire est inestimable : ananas, bananes, papayes, noix de coco, mangues, pastèques…

Résultat de recherche d'images pour "viande de brousse cote d'ivoire"
Brochettes d’agoutis © https://www.la-croix.com

La Côte d’Ivoire, c’est aussi des incontournables qui peuvent surprendre, comme la viande de brousse qui est très consommée. La plus populaire est très certainement l’agouti, dont la chair est très prisée des Ivoiriens et s’adapte à toutes les préparations. Viennent ensuite la biche, le serpent, le phacochère, le porc-épic, le tatou, la chauve-souris et même le singe !

Le Kejdenou se compose de viande (le plus souvent du poulet) ou de poisson cuit à l’étouffée avec des légumes (oignons, tomates, aubergines). Il s’accompagne d’attiéké, de riz ou encore de semoule.

Le Garba est un plat peu coûteux qui se compose de poisson braisé (essentiellement du thon) et d’attiéké, servi avec du piment frais et un mélange tomate/oignon.

Le poulet braisé est mariné pendant quelques heures et cuit aux braises (ou au gril). Il est, le plus souvent, accompagné d’allocos (morceaux de bananes plantains frits) et d’attiéké.

Le foutou est une purée de bananes plantain ou de manioc. Il accompagne les sauces arachide et/ou graine.

La sauce claire est simplement une sauce aux aubergines à l’africaine. Elle s’accompagne de poisson. Elle est également composée d’une épice appelée Akpi, à laquelle on prête des vertus aphrodisiaques.