Kwanzaa, une fête de fin d’année panafricaine à la conquête du monde

Source: Afro Stream
Famille celebrant le Kwanzaa
Famille célébrant le Kwanzaa. Crédit photo: Royalty-Free/Corbis

En cette période de Noël, un grand nombre d’Afro-descendants ignorent qu’une fête panafricaine appelée Kwanzaa gagne en popularité aux Etats-Unis au point d’être considérée comme une fête de fin d’année majeure du pays, aux côtés de Noël et de l’Hanoucca juive. Kwanzaa se répand aussi dans le reste du monde, notamment en Afrique.

Kwanzaa est une fête créée en 1966 par l’activiste et universitaire afro-américain Maulana Karenga. Kwanza signifie ‘premier’ en swahili, la langue panafricaine par excellence.

Maulana Karenga, fondateur de Kwanzaa
Maulana Karenga, fondateur de Kwanzaa en 1966. Crédit photo: Afrostream

Ce nom est une référence aux célébrations de la moisson des premiers fruits en Afrique et dont Karenga s’est inspiré pour créer Kwanzaa. Ses motivations étaient les suivantes: restaurer et réaffirmer les liens des Afro-Américains avec la culture africaine; renforcer les liens entre Afro-Américains en tant que peuple dans une dimension à la fois nationale et panafricaine; accomplir un acte d’auto-détermination permettant aux Africains de s’exprimer culturellement devant le monde; de respecter et de promouvoir les Nguzo Saba (sept principes en swahili) de Kwanzaa qui sont:
-Umoja, l’Unité
-Kujichagulia, l’Auto-Détermination
-Ujima, le travail collectif et la responsabilité
-Ujamaa, la coopération économique
-Nia, notre objectif (de développer notre communauté et restaurer la grandeur de notre peuple)
-Kuumba, la créativité
-Imani, la foi

Kwanzaa n’est pas une fête religieuse mais une fête culturelle panafricaine. Elle se pratique la semaine du 26 décembre au 31 janvier.

Son symbole principal, le chandelier à sept branches, représente les sept jours de la semaine. Chaque jour, une chandelle est posée dessus. Les premières sont noires, pour symboliser l’arrivée du peuple noir. Les suivantes sont rouges, pour montrer la souffrance dont il a été victime. Les dernières sont vertes et symbolisent l’espoir à venir. On place ensuite des céréales pour symboliser les enfants de la communauté puis on verse des libations pour les ancêtres. Des manifestations culturelles et des discussions ont lieu pendant cette période et le 31 décembre, un grand repas est donné. Le lendemain, des cadeaux destinés à l’éducation consciente des enfants comme des livres ou des objets d’art africain sont donnés aux enfants.

Famille US célébrant Kwanzaa. Crédit photo: Afrostream

Aujourd’hui, d’après Karenga, 30 millions de personnes célèbrent Kwanzaa chaque année. Aux Etats-Unis d’abord, où il est entré dans la culture ‘mainstream’ chez les Noirs mais aussi chez certains Blancs aux côtés de Noël et d’Hanoucca, mais aussi au Canada, en France métropolitaine, aux Antilles françaises, en Haïti, en Afrique et en Espagne. Une impressionnante trajectoire qui ne semble pas être terminée et qui réunira peut être un jour, comme le souhaitait son fondateur, l’ensemble de la nation panafricaine.