Cinq livres à dévorer ce week-end

PARTAGER

Le week-end rime généralement avec détente. Servez-vous une bonne tasse de café, un thé parfumé ou encore un succulent jus de fruits et faites votre choix entre ces cinq livres que nous avons sélectionnés pour votre plaisir.

 

 

 

Leïla Slimani, Sexe et mensonges

Ce livre est le symbole d’une parole forte et sincère de la jeunesse marocaine qui se sent bâillonnée, dans un monde arabe où le sexe se consomme comme une marchandise.

Leila Slimani a rencontré des femmes qui lui ont confié sans tabou leur vie sexuelle, entre soumission et agression. Car au Maroc, la loi punit et proscrit toute forme de relations sexuelles hors mariage. Résultat : les femmes doivent choisir entre la virginité et le mariage.

Sexe et mensonges est une confrontation essentielle avec les démons intimes du Maroc et un appel vibrant à la liberté universelle d’être, d’aimer et de désirer.

Leïla Slimani, journaliste et écrivaine franco-marocaine, est une passionnée de voyages et de découvertes, engagée dans la cause des femmes.

Alain Mabanckou, Demain j’aurai 20 ans

Michel, un petit Congolais de dix ans, nous raconte son existence avec sa mère et son beau-père. C’est l’histoire de son pays à l’heure de la décolonisation qui se déroule sous nos yeux. Un récit au ton candide d’un enfant dépassé par les enjeux des adultes. Un roman drôle et touchant sur la perception du monde d’un petit africain.

Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent dans ce récit enjoué d’Alain Mabanckou. Les histoires d’amour tiennent la plus grande place, avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes. La langue prêtée au narrateur est réjouissante, pleine d’images cocasses, et sa fausse naïveté fait sourire.

Alain Mabanckou est un écrivain et enseignant congolais pour qui Pointe-Noire, sa ville natale, est un trésor.

Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique

Expliquer la face cachée de l’immigration, voici le but que s’est fixé Fatou Diome dans l’écriture de son roman Le ventre de l’Atlantique. Le livre raconte l’histoire de Salie, qui vit en France, et de son frère Madické, qui lui est à Niodior, un petit village du Sénégal. Comment dire à un jeune à la tête pleine de rêves que la France n’est pas la terre promise à laquelle il s’attend ?

Distillant leurre et espoir, ce roman charrie entre l’Europe et l’Afrique des destins contrastés. Car même si la souffrance de ceux qui restent est indicible, il s’agit de partir, voguer, libre comme une algue de l’Atlantique.

Ce premier roman de la Sénégalaise Fatou Diome est servi sans concession par une écriture pleine de souffle et d’humour.

Yasmina Khadra, Ce que le jour doit à la nuit

Un beau livre, doux et nostalgique, une très belle histoire d’amitié surtout, plus forte que la vie, que l’amour, que les préjugés et les différences. Un roman sur la douleur d’un peuple, sur ses valeurs, ses idéaux. Ce que le jour doit à la nuit commence avec la ruine et la descente aux enfers du père, que le destin persécute et qui erre de déconfiture en déconfiture.

« Si une femme t’aimait et si tu avais la présence d’esprit de mesurer l’étendue de ce privilège, aucune divinité ne t’arriverait à la cheville. »

Yasmina Khadra est le pseudonyme de l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul, qui a emprunté le nom de son épouse, témoignant de sa douceur et de sa passion pour l’amour.

Thierno Monémembo, Les coqs cubains chantent à minuit

Voici l’histoire d’un vieux noir de La Havane qui gagne sa vie en allant accueillir les Européens romantiques et les Américains pleins aux as à l’aéroport, pour les guider dans le sillage d’Hemingway et les emmener boire un rhum au Floridita. Tout commence un matin des années 50, quand les barbudos de Fidel Castro, pourchassés par les troupes de Batista, trouvent refuge sur le domaine agricole du grand-père Alfonso. En remerciement, ce dernier obtient une lettre signée de Castro, lui garantissant la propriété privée de son domaine. Mais c’est cette lettre qui vaudra à sa fille tous les ennuis du monde, la jeune et belle Juliana, ainsi que sa passion amoureuse naïve pour un saxophoniste venu de Guinée.

Une aventure où le malheur se noie dans les rythmes de la salsa, les ondulations des corps et le rhum coulant à flots, foisonnante et pleine de vitalité.

L’auteur guinéen Tierno Monénembo est l’un des plus importants écrivains de la littérature africaine d’aujourd’hui.