« Americanah » sélectionné parmi les 15 livres de femmes écrivains les plus remarquables du 21ème siècle

© via No7

Le 5 mars dernier, dans un article paru sur le site du New York Times, l’ouvrage Americanah de la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie a été cité comme étant l’un des 15 livres de femmes écrivains qui révolutionnent notre façon de lire et d’écrire la fiction au 21ème siècle. Une consécration qui honore la contribution de cette auteure aux débats sur le féminisme et, tout particulièrement, sur les stéréotypes rattachés aux Africains.

Paru en 2013, Americanah est le troisième roman de Chimamanda Ngozi Adichie. Cette touchante histoire suit le parcours d’Ifemelu, une jeune nigériane, qui décide de quitter son pays natal pour les Etats-Unis afin d’y poursuivre ses études supérieures. Laissant derrière elle son grand amour, Obinze, en tant qu’immigrée africaine, Ifemelu essaie de trouver ses repères et sa place dans une Amérique où Blancs et Afro-Américains sont eux-mêmes faces à leurs propres interrogations.

 

Surnommée l’héritière de Chinua Achebe du 21ème siècle par le Washington Post, Chimamanda Ngozi Adichie a atteint une large notoriété à la suite de son discours We Should All Be Feminists (Nous devrions tous être féministes, en français), lors d’une conférence TED à laquelle elle a participé en 2013. Dans celui-ci, tantôt avec légèreté, tantôt avec gravité, elle exprime sa conception du féminisme qui, à ses yeux, n’est pas un mouvement créé dans le but de vilifier les hommes. Plutôt, elle considère comme étant féministe tout homme ou femme « qui reconnaît que oui, il y a un problème avec le genre aujourd’hui et (que) nous devons faire mieux ».

Parmi ses autres prises de positions notoires, on peut également citer The danger of a single story (Le danger d’une histoire unique, en français), en 2014, un discours dans lequel Adichie souligne à quel point il est essentiel d’élargir voire changer les imaginaires rattachés à un pays, un peuple ou une culture. Pour lutter contre les stéréotypes et les histoires toutes faites, la romancière a appelé toute l’audience à véhiculer et prêter attention aux différentes versions d’une même histoire.

« Plusieurs histoires sont importantes. Des histoires ont été utilisées pour déposséder et dénigrer. Mais des histoires peuvent aussi être utilisées pour motiver, ou pour humaniser. Des histoires peuvent briser la dignité d’un peuple. Mais certaines peuvent aussi réparer cette dignité brisée ». – Chimamanda Ngozi Adichie

C’est très certainement l’essence de ce message, auquel plus d’un peut s’identifier, qui a motivé la citation du roman Americanah parmi les 15 ouvrages de femmes écrivains les plus remarquables de notre siècle.

« Sous plusieurs aspects, Americanah apporte de la lumière sur la façon dont une nouvelle génération d’immigrants trouve ses propres marques dans le monde. Ce livre apporte des leçons à tous sur comment vivre ». – Dwight Garner, critique littéraire auprès du New York Times

Dans la même lancée, en janvier dernier, l’auteure nigériane a annoncé que son oeuvre sera prochainement adaptée au cinéma. L’actrice mexico-kényane Lupito Nyongo a, en effet, acheté les droits dudit roman et devrait d’ailleurs incarner Ifemelu, le personnage principal.
Considérée parmi les auteurs les plus brillants de sa génération, Chimamanda Ngozi Adichie réussit à mettre des mots sur les sentiments qui nous prennent dans la recherche de soi, la quête d’une meilleure cohésion sociale et le désir d’être reconnu pour ce que l’on est véritablement.