Les 4 Africaines qui défilent pour Victoria’s Secret

Les 4 africaines qui défilent pour Victoria's Secret
Photo crédit: Remi Kozdra & Kasia Baczulis

L’absence de diversité culturelle dans l’image que présentent les produits de marque alimente bien des débats. La bannière de lingerie américaine Victoria’s Secret, par exemple, a essuyé sa part de critiques parce qu’elle ne faisait jamais appel à des mannequins noirs. La compagnie a entendu les critiques et a réagi. Résultat : les femmes noires représentent 50% des mannequins qui défileront le 28 novembre prochain à Shanghai. Du nombre, quatre sont Africaines. Elles viennent du Nigéria, du Soudan du Sud, de l’Angola et du Cap-Vert.

En 2016, Victoria’s Secret a été l’une des nombreuses entreprises blâmées pour le manque flagrant de diversité ethnique dans ses campagnes de publicité. Cette année également, elle a fait face à de nombreuses critiques pour sa liste “Whatissexy” de 2017. Liste sur laquelle tous les figurants sont des blancs.

Ces critiques ont poussé la marque à changer de stratégie. C’est pourquoi dans les défilés prévus pour le reste de l’année 2017, près de 50% des mannequins seront des femmes aux origines multiples. Ce qui constitue une révolution, car sur les podiums de Victoria’s Secret, les femmes blanches étaient représentées à la hauteur de 70%.

Le “Behemoth Lingerie 2017” qui met en vedette la lingerie féminine sera considéré comme le podium le plus diversifié depuis sa création en 1995.

En prévision de ce défilé, qui aura lieu à Shanghai le 28 novembre, des mannequins venues d’Afrique vont accompagner des ambassadrices de la marque comme Naomi Campbell et Tyra Banks.  Nous vont présentons les belles gazelles d’Afrique, qui vont briller sur les podiums du monde.

Mayonna Nicholas: Nigéria

Elle est jeune et son charme ne laisse personne indifférent. Avec un regard qui cadre toujours avec l’objectif, cette belle Sahélienne s’impose par sa grâce. Chez elle, tout attire. C’est presque la femme parfaite. À seulement 19 ans, elle a déjà une grande expérience. Elle a lancé plusieurs campagnes pour des bannières telles que Net-A-Porter, Harper’s Bazar, H&M, Miu Miu, Calvin Klein…

@oscardelarenta 🌷 @fernandogarciam1205 @natasharoyt @johndavidpfeiffer 🖤

A post shared by Unicorn (@mayowanicholas) on

Grace Bôl: Soudan du Sud

Grace Bôl se distingue par son sourire ravageur. La blancheur de ses dents éclatantes se perd dans la marée de sa noirceur d’ébène.

Le poète sénégalais Léopold Sédar Senghor avait certainement vu en rêve Grace Bôl en rédigeant son poème sur la femme noire:

Femme noire, femme obscure
Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l’athlète, aux flancs des princes du Mali
Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoilées sur la nuit de ta peau.

Grace Bôl est une Sud-Soudanaise qui a été l’égérie de plusieurs maisons comme Givenchy et Vivienne Westwood.

Amilna Estevao: Angola

À seulement 14 ans en 2013, Amilna a été la gagnante de Élite Model Look en Angola. Elle est surtout connue pour son travail chez Victoria’s Secret Pink. Sur sa majestueuse silhouette, tout s’y colle: du jean à la belle robe de soirée en passant par la tenue légère pour rester à la maison. Avec Amilna Estevao, l’Angola a de quoi être fier.

Alecia Mora : Cap-Vert

Elle défile pour de grands couturiers et styliste tels que Philip Lim, Dion Lee, Jonathan Simkhai ou les marques Tommy Hilfiger et Rodarte.

About yesterday #streetstyle #vscasting

A post shared by Alecia Morais (@alecia_morais) on

Tous les goûts sont peut-être dans la nature, mais il faut bien reconnaître que les grandes lignes de vêtements ont toujours privilégié les femmes blanches pour représenter leurs produits. Aujourd’hui, plusieurs bannières propulsent des Africaines au-devant de la scène. La diversité est de plus en plus présente sur nos écrans de télévision, sur internet et sur les affiches publicitaires. Une dimension qui nous permet de reconnaître que si la beauté est une utopie, les beautés, elles, sont bien réelles.

Article précédentAu Bénin, les zémidjans en mode Uber
Article suivantChalkboard, l’application d’éducation en ligne qui se passe d’Internet

1 COMMENTAIRE