Top 10 des pays riches de l’Afrique subsaharienne francophone

Selon le dernier rapport de la Banque africaine de développement (BAD), les pays francophones de l’Afrique subsaharienne ayant le produit intérieur brut le plus important en 2O17 sont au nombre de dix.

Le présent classement s’est exclusivement concentré sur les pays d’Afrique subsaharienne ayant le français comme première langue officielle. C’est ce qui explique l’absence de la Guinée équatoriale (dont le français n’est que la seconde langue officielle), qui aurait pu y figurer, avec une prévision de plus de 15 milliards de dollars en 2017.

 

 

1. République démocratique du Congo : 44,73 milliards $

Plus grand pays d’Afrique francophone, la RD Congo a triplé la taille de son économie en 12 ans. Premier producteur de cuivre du continent, le pays dispose de plusieurs atouts : plus de 1100 minéraux et métaux précieux répertoriés ; 2,3 millions de km2 de ressources naturelles ; 80 millions d’ha de terres arables. Malgré son instabilité politique, il deviendra un des pays les plus riches d’Afrique.

2. Côte d’Ivoire : 38,5 milliards $

Deuxième économie d’Afrique de l’Ouest, le pays arrive deuxième du classement. Premier producteur et exportateur mondial de cacao, la Côte d’Ivoire est touchée par une baisse de 35% des cours mondiaux du cacao. Toutefois, elle devrait connaître la troisième plus forte croissance au niveau mondial, derrière l’Éthiopie et le Myanmar. La taille de l’économie ivoirienne pourrait franchir la barre des 38 milliards de dollars à la fin de l’année.

3. Cameroun : 32,6 milliards $

L’économie du Cameroun reste résiliente face à la chute des prix du brut. Elle se quantifie à plus de 32 milliards de dollars. Grâce à un effort appréciable de productions de richesse, les autorités ont su dynamiser le tissu économique du pays autour de la diversification des activés économiques et financières. Première puissance économique de l’Afrique centrale, le Cameroun a enclenché un élan de développement global.

4. Sénégal : 17 milliards $

Avec son Plan Sénégal émergent, le pays de la Teranga fait des progrès constants pour l’amélioration de son portefeuille économique. Portée essentiellement par l’agriculture et le secteur industriel, la croissance économique s’est récemment accélérée. Elle a atteint environ 6,5% en 2016 et 2017. Le pays possède l’une des économies les plus performantes de l’Afrique subsaharienne, grâce à une meilleure compétitivité, des progrès ponctuels dans les réformes structurelles engagées et une conjoncture internationale favorable.

5. Gabon : 16,2 milliards $

Cinquième producteur de pétrole d’Afrique, le Gabon a enregistré au cours de la dernière décennie une forte croissance économique marquée notamment par la production de pétrole et de manganèse. Le secteur pétrolier a représenté 80% des exportations, 45% du PIB et 60% des recettes budgétaires. Avec ses 268 000 km2 et 85% du territoire recouvert de forêts, le pays relance son développement.

6. Île Maurice : 14,4 milliards $

État insulaire de 1,3 million d’habitants, l’Île Maurice a une économie qui progresse à un rythme modéré, mais constant, globalement conforme à son potentiel de production (en 2016, la croissance du PIB était de 3,8%).

Si ces performances sont à imputer essentiellement au secteur tertiaire, en particulier à l’essor des services financiers et du tourisme, elles doivent également beaucoup aux télécommunications, à l’immobilier et au commerce de détail.

7. Burkina Faso : 14,2 milliards $

L’activité économique au pays des Hommes intègres a connu une reprise vigoureuse en 2017. Avec le dynamisme de l’industrie extractive, dopé par l’entrée en production de nouvelles mines industrielles, et l’investissement public, le taux de croissance en termes réels touche 8,4%. La hausse de la production céréalière et la timide reprise des cours de l’or et du coton assurent la bonne santé de l’économie du Burkina Faso.

8. Mali : 13 milliards $

Les performances de l’économie malienne restent bonnes, avec une croissance alerte. Mieux, un recul visible du taux de pauvreté est noté plus récemment. L’agriculture et les services ont bien résisté à l’instabilité sécuritaire. La croissance du secteur primaire a progressé de 7,6% en 2016, portée par de bons rendements agricoles et une pluviométrie favorable. Le secteur tertiaire a confirmé sa robustesse à la faveur du dynamisme retrouvé des télécommunications.

9. Bénin : 10,4 milliards $

La croissance du PIB devrait atteindre 5,4% en 2017, contre 4,0% en 2016. 50% du PIB est assuré par le secteur tertiaire et la part de l’agriculture tourne autour de 25%. Avec le «Programme d’actions du gouvernement» (PAG), un ambitieux plan de développement structuré autour de 45 projets phares, le gouvernement vise l’amélioration de la productivité et des conditions de vie de la population.

10. Madagascar : 10,3 milliards $

L’économie malgache se relève progressivement et les perspectives à moyen terme sont encourageantes. En 2016, l’activité économique a été tirée par l’expansion du secteur tertiaire, des activités de travaux publics et la reprise du secteur primaire, aidé par des conditions climatiques favorables et la hausse des prix de la vanille.

La maîtrise de l’inflation et l’amélioration du solde extérieur, grâce à un afflux d’investissements directs plus élevé, ont par ailleurs conforté la stabilité macroéconomique.

 

Article précédentSARA 2017 : L’innovation gastronomique locale
Article suivantPleins feux sur le quatrième Festival du film documentaire de Saint-Louis