Solide reprise économique au Nigéria

L’économie du Nigéria s’est refait une santé. Le pays renoue avec la croissance et affiche un taux de 1,4% du PIB.

Le Nigéria, un géant d’Afrique, avait vu son économie se contracter de 1,5% en 2016, entrant en récession pour la première fois depuis 25 ans. Une chute causée par la baisse de ses revenus pétroliers et une pénurie de devises étrangères. Il a renoué timidement avec la croissance (0,55%) au deuxième trimestre de 2017, grâce notamment à l’augmentation de la production d’or noir.

 

Selon le Bureau national des Statistiques du Nigéria (BNS), la production est remontée à 2,03 millions de barils de pétrole par jour au troisième trimestre. Le gouvernement a obtenu une trêve qui dure depuis plusieurs mois, grâce à des accords d’amnistie avec les groupes armés. Il faut souligner que la production pétrolière, qui représente 70% des recettes publiques du Nigéria et 90% de ses revenus d’exportation, avait chuté depuis deux ans, notamment en raison d’attaques rebelles répétées sur les infrastructures d’hydrocarbures dans le delta du Niger.

Les bonnes nouvelles s’enchaînent donc pour le Nigéria. En plus de cette communication officielle sur les chiffres de la croissance, l’Initiative de Transparence des Industries extractives du Nigéria (NEITI) a déclaré que le pays a gagné 163 millions d’euros dans le secteur des minéraux solides en 2015, soit une augmentation de 24% par rapport aux 130 millions d’euros engendrés en 2014.

Aujourd’hui, le Nigéria envisage de diversifier son économie qui est trop dépendante du pétrole. C’est pourquoi, avec le gigantesque projet d’actualisation du réseau ferroviaire, dont le coût est estimé à plusieurs milliards de dollars, le gouvernement souhaite optimiser le transport des marchandises à l’intérieur et vers les ports maritimes. La mise en oeuvre de ce chantier est très avancée, selon nos confrères de la BBC.

Ainsi, le gouvernement table sur un prix de référence du baril de 45 dollars, avec un taux de change de 305 nairas pour un dollar. Muhammadu Buhari, le président nigérian, a rappelé la semaine dernière que 38 % du budget serait alloué aux «projets importants», tandis que les dépenses courantes devraient atteindre 3,49 trillions de nairas.

Le Nigéria présente un budget record 20,8 milliards d’euros pour l’année 2018, en hausse de 16% par rapport à l’année précédente. Avec ce nouveau budget, Muhammadu Buhari souhaite stimuler la récente reprise économique du pays.