Nogaye Ndiaye Mourgaye, entrepreneure jusqu’au bout des ongles

Source: JEADER Par:
JEADER

Une silhouette énergique, une attitude spontanée, parée d’une élégante robe bleue dans un style vintage, deux sacs à la main, et des dreadlocks aux allures de Ava Duvernay, le look parfait de la « working girl » authentique, qui laisse transparaitre une personnalité créative et assumée. Mme Mourgaye, née Nogaye Ndiaye, est une épouse et une mère comblée, formatrice en stylisme ongulaire et en métiers du look, mais elle est également la fondatrice et la directrice de la première chaîne d’onglerie au Sénégal, Onglmania, et de l’Ecole des métiers du look, Fantaisika. Rencontre avec une entrepreneure innovante et passionnée.

« Je viens de loin » dit-elle d’emblée. D’une famille modeste, ancienne « garçon manqué », Nogaye a grandi entre les quartiers populaires de Niarry Tally et Ouagou Niayes, au Sénégal. Très combative, elle a cumulé un cursus scolaire normal avec de petits boulots, jusqu’à l’obtention de son baccalauréat. Puis, elle a poursuivi des études supérieures en Marketing et Communication, sanctionnées par un diplôme de Master. Il s’en est suivi une carrière dans le même domaine et ce, pendant plusieurs années, avant de se lancer dans l’entrepreneuriat.

 

« Même après le baccalauréat, je vendais des pâtes dentifrices dans les rues de la Médina. J’enchaînais les petits boulots ». – Nogaye Ndiaye

Le déclic, elle le vit à la suite d’une mauvaise expérience dans un institut de beauté. Nogaye est alors accompagnée alors d’une de ses amies, venue de France pour des vacances au Sénégal. Cette dernière s’offusquait de l’absence de services de soins de beauté de qualité au Sénégal. Touchée dans son amour propre, son instinct patriotique prenant le dessus, Nogaye décide d’en faire une affaire personnelle.

Elle découvre alors qu’un segment très important du marché de l’esthétique n’est pas pris en compte et décide donc de se lancer dans l’univers de la beauté, plus spécifiquement de l’onglerie. Ainsi, elle suit une formation dans le but de proposer des solutions adaptées à une potentielle clientèle. Son crédo ? Satisfaire la demande dans le respect des normes internationales. Nogaye s’engage alors dans l’aventure, commence modestement tout en croyant fermement en son rêve. Un pari qui paraît surréaliste pour une novice, mais ce pari est aujourd’hui gagné puisque Onglmania est aujourd’hui une chaîne de trois ongleries, toutes basées à Dakar.

De la même trempe que ces « success stories’’ d’entrepreneurs qui ne sont partis de rien et qui font du travail et de la persévérance leurs uniques armes, Nogaye ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Toujours dans la perspective de trouver des solutions auxquelles font face les acteurs de son domaine, suite à la demande pressante de ressources humaines de qualité, elle décide de créer Fantaisika, une école de formation en stylisme ongulaire et spécialisée dans les métiers du look. Une aubaine pour les professionnels du secteur à la recherche d’une main d’œuvre professionnelle et qualifiée. En tant que formatrice, elle se fait un devoir de mener à bien sa mission et de fournir une formation de qualité pour un marché exigeant. Pour elle, l’acquisition de connaissances est un tremplin pour devenir un expert du domaine. Aujourd’hui, à travers la formation, elle participe à révéler des talents tout en affirmant leur créativité.

« Je veux faire de l’école de formation Fantaisika, une université de la beauté ». – Nogaye Ndiaye

Sept années après le début de l’aventure, Nogaye, toujours dans sa quête de l’excellence, projette de faire de « l’école de formation Fantaisika, une université de la beauté ». Elle s’active pour la valorisation des métiers de la beauté, qui méritent une place en bonne et due forme dans le référentiel professionnel.

Toutes ces casquettes portées par Mme Mourgaye ont en partie pris forme avec l’appui de sa famille et, surtout, de son mari, qui la supplée très souvent dans la gestion de la maison, en bon passionné de cuisine, et des affaires.

« Je suis dans l’obligation de partager car, durant les périodes de vaches maigres, des personnes m’ont tendu la perche ». – Nogaye Ndiaye