Le Burkina Faso lance la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest

©stock.adobe.com

Avec plus de 129 600 panneaux solaires aménagés sur environ 55 hectares, à Zagtouli, dans la banlieue ouest de Ouagadougou, le Burkina Faso se lance dans l’aventure photovoltaïque. Les travaux ont démarré il y a un peu plus d’un an et la centrale solaire de Zagtouli devrait être inaugurée à la fin novembre 2017.

Cofinancée par l’Agence française de développement (AFD) et l’Union européenne, la centrale solaire de Zagtouli est un chantier impressionnant. Présentée comme la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest, sa mise en place a été réalisée par des centaines d’ouvriers allemands, français, espagnols et bien entendu burkinabés. Avec un budget de 47,5 millions d’euros, la construction de cette centrale vise à renforcer le dispositif énergétique du Burkina Faso qui souffre souvent de délestages.

 

 

«Ce parc va produire chaque année 56 mégawatts, ce qui représente 5% de la production actuelle du Burkina Faso. Ça va donc soulager la population du pays et les industries. C’est le soleil qu’on utilise et c’est dans les temps de chaleur qu’on peut optimiser beaucoup d’énergie solaire. C’est donc vraiment une quantité importante.» – Bernard Boussim, expert en génie civil à la Société nationale d’électricité du Burkina Faso

Si le pays des Hommes intègres veut devenir un champion du solaire, c’est aussi pour honorer les engagements pris lors de la Conférence de Paris de 2015 sur le climat (COP 21). Le Burkina Faso s’était engagé à développer le photovoltaïque pour que 30% de sa consommation électrique soit tirée de l’énergie solaire d’ici 2025-2030.

En outre, tout semble tomber à point pour le Burkina Faso. Bénéficiant déjà d’un excellent ensoleillement, le pays a réussi la mise en place de la centrale de Zagtouli dans un contexte où le prix du solaire était moins élevé. Investir dans l’électricité photovoltaïque s’est donc imposé comme une évidence. Grâce à cette centrale, les Burkinabés produiront 33MW d’électricité, soit 5% de leur consommation. De fait, ils seront moins dépendant de l’importation de celle-ci des pays voisins.

«Dans un pays comme le Burkina Faso, le solaire s’impose de plus en plus comme une évidence, pour lutter contre le réchauffement climatique, bien sûr, mais aussi pour des raisons économiques.» – François Lhomme, chef du projet Zagtouli pour le compte de l’AFD

Avec une inauguration prévue à la fin novembre, en présence des présidents Roch Marc Christian Kaboré et Emmanuel Macron, ce parc solaire n’est que la première étape d’un projet de grande envergure. D’ici 2020, les autorités burkinabés souhaitent en effet élargir la centrale de Zagtouli et mettre sur pied trois autres fermes photovoltaïques.

Article précédentLe Sénégal : un pays de lumières
Article suivantLa cantine des Mama’s : entre mixité culinaire et culturelle !