La BAD va financer un pont reliant le Cameroun au Tchad

© Centre pour la beauté politique

Le 11 décembre dernier, la Banque africaine de développement a annoncé qu’elle va financer un pont reliant le Cameroun au Tchad. Il s’agit d’un investissement de 66 millions d’euros, soit plus de 43 milliards de FCFA.

D’une longueur de 620 mètres, le pont en question reliera bientôt les villes de Yagoua et Bongor, respectivement situées au Cameroun et au Tchad. Il s’agit d’un projet principalement financé par la Banque africaine de développement (BAD), mais aussi appuyé par l’Union européenne (UE).

 

Au terme de sa construction, prévue sur quatre ans, ce nouveau lien devrait faciliter la vie de plus de 2000 personnes, tout en luttant efficacement contre les nombreux cas de noyade entre les deux rives. Il s’agit avant tout d’assurer une meilleure circulation des personnes et des biens, pour que cet axe devienne une zone de compétitivité économique dans la région du Sahel.

«L’objectif global du projet est de contribuer à l’amélioration du système de transport de la région du bassin du Lac Tchad et de promouvoir ainsi l’intégration bilatérale et sous-régionale, la densification des points officiels d’échanges sur une frontière commune longue de plus de 1000 km et la compétitivité économique de la zone transfrontalière des deux pays» – BAD

En outre, le directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique centrale a expliqué que ce pont contribuera à lutter contre le terrorisme.

«L’essentiel du commerce entre le Cameroun et le Tchad, qui utilise le port camerounais de Douala pour son import-export, se fait par voie terrestre. Le nouveau pont va fluidifier le trafic et gonfler les échanges entre les deux pays. Il va surtout permettre d’avoir des trajets sécurisés, alors que la région est sous la menace du groupe extrémiste Boko Haram.» – Ousmane Doré, Directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique centrale

Enfin, le pont devrait grandement améliorer la qualité de vie des Camerounais et des Tchadiens, leur facilitant grandement les aller-retour entre les deux pays.

«En plus de ses retombées directes pour les usagers et les habitants des villages environnants, le pont devrait libérer le potentiel économique dans les secteurs de l’agriculture, du bois et des minéraux dans le nord du Cameroun et dans le sud-ouest du Tchad.» – Ousmane Doré, Directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique centrale

La construction du pont inclut aussi le bitumage d’une route de 14 km entre Yagoua et le fleuve Logone.