Kenya : Selina Wamucii l’application qui révolutionne l’agriculture

©http://www.selinawamucii.com/

Plus de 3 000 petits agriculteurs du Kenya ont maintenant accès à 17 marchés mondiaux grâce à un projet innovant qui utilise la technologie pour remédier aux pertes majeures de la production agricole.

Le modèle, dirigé par la start-up Selina Wamucii, utilise les nouvelles technologies pour rassembler au total 3156 agriculteurs qui produisent 48 produits différents sur plus de 9152 hectares (ha). On y retrouve des fruits comme les avocats et les mangues, mais aussi des légumes et des fines herbes.

Cela fait seulement deux ans que la société a été créée, et elle se positionne déjà comme l’un des plus grands fournisseurs de produits frais en Afrique.

La structure résout les problèmes de ventes et de pertes des agriculteurs, le manque de stabilité du marché, les difficultés à respecter les normes de ce dernier, les volumes incohérents et la logistique inefficace. Avec une majorité de petits producteurs cultivant une superficie moyenne de 2,9 ha, Selina Wamucii met l’accent sur le choix des cultures de grande valeur qui offriront de meilleurs prix de vente. Le modèle a été lancé à un moment opportun, car de nombreuses études ont révélé les retombées négatives de l’agriculture, la mauvaise qualité des produits et le manque de conformité aux normes internationales.

©http://www.selinawamucii.com/

“Notre modèle basé sur la technologie annonce une nouvelle ère d’agriculture où nos agriculteurs pourront pratiquer une agriculture intelligente. Il s’agit d’une nouvelle approche qui permet d’améliorer la productivité des millions de petits agriculteurs au Kenya et partout en Afrique”.

“Nous allons utiliser le téléphone mobile, les grandes données, l’intelligence artificielle et Internet pour transformer l’agriculture des petits exploitants en Afrique en une entreprise rentable pour tous les agriculteurs de notre système”, a déclaré M. Oroko, cofondateur de Selina Wamucii et chef de l’exploitation de la société.

La technologie est devenue un facteur crucial du développement socioéconomique principalement grâce à la réduction des coûts de transaction et à l’efficacité accrue de la connectivité.

Les décisions relatives aux produits à planter par les agriculteurs ainsi que le moment opportun de plantation et de récolte reposent sur des données en temps réel et sont guidées par les forces du marché.

©http://www.selinawamucii.com/

Pour faire partie du réseau, les agriculteurs s’inscrivent à un compte Selina soit via la plate-forme web Selina appelée Growersoft, soit par téléphone mobile via USSD (il s’agit d’une connexion en temps réel entre l’opérateur téléphonique et l’utilisateur qui permet l’envoi et la réception de données). Le système capture les informations relatives aux emplacements géographiques des petits agriculteurs, à leurs productions, aux différents stades de progrès au cours de la saison, aux délais de récolte, aux projections et aux volumes réels lors de la récolte.

Cette information facilite l’estimation des volumes prévus en une année pour différents produits, ce qui permet aux acheteurs du monde entier de planifier. Cela signifie aussi que le petit agriculteur est sécurisé par le marché au moment de la récolte.

Les acheteurs, d’autre part, précisent ce qu’ils veulent et ont la garantie d’une qualité constante, d’un prix juste et de volumes garantis.

Le rassemblement des données a également aidé l’entreprise à comprendre la dynamique du marché, lui permettant de faire des projections fiables et d’éviter les incertitudes sur toute la chaîne qui affecteraient les gains des agriculteurs.

L’institut kenyan pour la recherche et l’analyse des politiques publiques (KIPPRA), dans un bref document, a exhorté le gouvernement à former les agriculteurs à des méthodes agricoles appropriées axées sur la technologie.

Cette nouvelle ère moderne de l’agriculture n’est qu’un pas de plus dans l’essor de l’autosuffisance et de l’exportation agricole sur le continent.

Article précédentLes Ghanéens préfèrent les oignons du Niger
Article suivantMali : les incontournables à ne pas manquer