La jeunesse nigérienne, actrice de la révolution numérique

Dans le cadre du Programme pour la Renaissance et du Plan Niger 2035, le gouvernement de la République du Niger a souhaité placer les Technologies d’Information et de Communication (TIC) au cœur de sa politique de développement.

C’est avec le plan « Niger 2.0 », destiné à promouvoir et démocratiser l’usage des TIC, que le concours « ETakara » s’est déroulé dans l’objectif de détecter, de former et de promouvoir les talents nigériens dans le numérique, au service du développement. Cette première édition a été organisée par l’Agence nationale pour la société de l’information (Ansi), en collaboration avec le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) et la Maison de l’Entreprise.

 

Le défi ? Résoudre une problématique de développement par le numérique, en un temps record (24H). A l’occasion de ce hackathon, plusieurs jeunes issus de tout le territoire ont proposé des solutions digitales dans des domaines divers, notamment l’éducation, la santé, l’agriculture, l’administration ou encore la sécurité.

De nombreux talents nigériens ont participé à ce concours. Au final, ils sont 29 finalistes à avoir été primés pour le développement d’outils technologiques d’utilité publique.

On retrouve, par exemple, Amadou Issoufou, de Niger Abintchina, qui propose une application mobile pour populariser les différentes manières de transformer les aliments locaux (procédés culinaires simples), dans le but de diversifier les habitudes alimentaires. Il y a également Bianou Ousmane et son application Masnat permettant de recueillir des informations sur le patrimoine culturel, pour faciliter sa préservation et sa promotion touristique.

La plus haute distinction (Prix de la meilleure Innovation ETakara 2017) a été remise à Salissou Hassane Yari Latifa et Maman Nazir Absatou, de la région de Niamey, pour leur projet Saro App, par le Président de la République, Issoufou Mahamadou, en personne. A travers Saro App, les deux jeunes femmes proposent une application permettant à un témoin ou à une victime d’un accident de lancer une alerte de secours par téléphone et de faciliter ainsi la prise en charge. Une fois l’alerte lancée, les services de supervision peuvent géolocaliser le lieu de l’accident et organiser plus facilement les secours nécessaires.

Avec cette distinction, les lauréates remportent un prix de 20 millions de FCFA. Toutefois, l’ensemble des finalistes sera accompagné pendant au moins une année par l’ANSI et ses partenaires, à travers des formations et la mise en place d’incubateurs.

Cette compétition a, par ailleurs, confirmé l’excellence féminine car les trois premiers prix ont tous été décernés à des femmes, alors que la compétition n’a reçu que 16% de candidatures féminines sur une centaine de participations.

Durant la cérémonie, le chef de l’Etat a réaffirmé tout l’intérêt qu’il porte aux technologies de l’Information et de la Communication et a encouragé les jeunes nigériens à plus d’ingéniosité et de créativité pour une véritable révolution numérique.

Cette première édition s’inscrit parmi les nombreuses initiatives entreprises par le gouvernement pour développer le domaine des technologies de l’information, avec notamment la création du ministère de l’Entrepreneuriat des jeunes, le soutien à Sahel Innov ou encore l’adhésion et la participation du Niger à l’Alliance Smart Africa, avec la participation de jeunes talents nigériens au sommet de Kigali.

L’engouement qu’a connu cette première édition du concours laisse entrevoir de belles perspectives dans la promotion et le développement des TIC au Niger. C’est également une belle occasion à la jeunesse du pays de devenir acteur de son propre changement.

http://www.e-takara.net