La transition énergétique en Afrique : l’objectif principal de la Semaine africaine de l’énergie 2021

La transition énergétique en Afrique: Energie renouvelable
Energie renouvelable

La promotion des développements renouvelables, la valeur de la participation privée et le rôle du gaz naturel restent des points de discussion clés lors de la Semaine africaine de l’énergie 2021.

La transition énergétique de l’Afrique, motivée par la nécessité de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre et la réduction de la pauvreté énergétique d’ici 2050, reste une priorité absolue et un point critique de discussion en 2021. Avec des traités internationaux tels que les objectifs de développement durable des Nations Unies (ONU) et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques influençant le passage des combustibles fossiles traditionnels au développement des énergies renouvelables, de nombreux pays africains ont :

  • Mis en œuvre des politiques et des réglementations favorables ;
  • Accru la participation des producteurs d’électricité indépendants (IPP) ;
  • Reconnu le rôle du gaz naturel en tant que ressource transitoire.

En Afrique, la pauvreté énergétique reste une préoccupation majeure avec plus de 640 millions de personnes n’ayant pas accès à l’électricité. La pauvreté énergétique constituant un obstacle direct à la croissance économique, l’accent a été mis de nouveau sur le développement de la production d’énergie renouvelable pour répondre à la demande croissante, atteindre les objectifs d’électrification et se conformer aux initiatives climatiques mondiales.

Les énergies renouvelables sont le futur de l’Afrique

Dans le but d’accélérer le développement des énergies renouvelables et d’établir un environnement propice à l’investissement, de nombreux pays africains ont mis en œuvre des politiques et des réglementations favorables aux énergies renouvelables. Concrètement, des pays comme le Maroc avec sa loi 13-09 portant cadre juridique pour le développement des énergies renouvelables ; le système égyptien de facturation nette pour promouvoir l’énergie solaire distribuée ; et le Plan de ressources intégré de l’Afrique du Sud, ont établi la confiance des investisseurs, ce qui a conduit à des développements accrus.

Malgré l’accent renouvelé sur les développements renouvelables, l’un des principaux défis qui ralentit la transition énergétique de l’Afrique est le manque de financement suffisant requis pour le développement de la production d’électricité à grande échelle. Comme l’indiquent Addleshaw et Goddard dans leur rapport sur la transition énergétique en Afrique : les développements politiques et réglementaires, les marchés de l’électricité en Afrique – dont la majorité sont financés et exploités par l’État – peuvent nécessiter des capitaux privés importants s’ils doivent passer à une production d’énergie 100 % renouvelable.

Cependant, les énergies renouvelables à elles seules peuvent ne pas suffire à faire face à la crise énergétique de l’Afrique. Malgré la baisse des coûts des technologies renouvelables qui accélèrent les développements, les problèmes de financement, d’intermittence et de faisabilité caractéristiques des énergies renouvelables continuent d’entraver la croissance économique. En conséquence, le rôle du gaz naturel pour répondre à la demande d’électricité tout en facilitant une transition vers des sources de combustible plus propres a été identifié. Les ressources abondantes en gaz naturel de l’Afrique – 221,6 billions de pieds cubes de réserves se trouvent en Afrique subsaharienne seulement – ont le potentiel de répondre à la demande énergétique mondiale.

De plus, le gaz naturel est considéré comme un « tremplin » idéal vers des sources d’énergie respectueuses du climat. Le développement et l’utilisation du gaz naturel peuvent assurer la croissance socio-économique grâce à la réduction de la pauvreté énergétique et donner au marché des énergies renouvelables suffisamment de temps pour se développer de manière adéquate.

Previous article10 raisons de célébrer la toute première Journée des aires marines protégées (AMP) en Afrique
Next articleInterview de Nicolas Pompigne-Mognard fondateur et président de APO GROUP