10 choses que vous ne saviez pas sur Nollywood

© Reuters/Akintunde Akinleye

Véritable championne de l’industrie cinématographique, la Nigériane Nollywood fait rêver le monde entier. Proposant des programmes conçus pour, par et avec des Nigérians, elle représente une réussite 100% africaine.

Elle doit son surnom à un journaliste du New Yorker

On situe la naissance de Nollywood en 1992, lors de la sortie du film Living in Bondage, du réalisateur Chris Obi Rapu. Au début, les films produits étaient surtout enregistrés sur des cassettes VHS et vendus au grand public. En 2002, face à l’évolution fulgurante de cette économie, l’industrie a été surnommée Nollywood par un journaliste du New Yorker, en référence au géant américain Hollywood.

 

Les maisons de production sont regroupées dans le quartier de Surelere

Même si les films sont pour la plupart réalisés à l’extérieur des locaux, tous les bureaux de production, salles de montages et entrepôts pour le matériel nécessaire aux tournages sont situés dans le quartier de Surelere, à Lagos, la capitale économique du Nigéria.

Un poids économique de plus de 5 milliards de dollars

Selon le ministère fédéral de l’Information et de la Communication, le poids économique de Nollywood est estimé à 5 milliards de dollars, soit 2500 milliards de FCFA de recettes annuelles. Avec environ 2500 films produits par an, ces chiffres la placent en deuxième position du classement des industries cinématographiques les plus grandes au monde, derrière Bollywood en Inde et devant Hollywood aux États-Unis.

Nollywood est le deuxième employeur du pays

Après le secteur agricole, la machine nollywoodienne est le deuxième employeur du Nigéria, avec plus d’un million d’emplois directs et indirects.

Nollywood prospère malgré la piraterie

Malgré l’arrivée d’internet et l’impitoyable piraterie qui s’est accentuée, Nollywood demeure une économie florissante qui propose aux familles nigérianes des productions sur cassettes VHS et DVD.

Nollywood dispose de son propre festival à Paris

Bénéficiant d’un large public francophone, conquis grâce au sous-titrage et doublage, chaque été, à Paris, une semaine est dédiée à l’industrie Nollywood. Depuis 2013, elle est l’occasion pour les Français de découvrir la culture nigériane à travers des projections, des débats, des concerts, des rencontres avec des acteurs, mais aussi des dégustations.

Richard Mofe Damijo est l’acteur le plus riche de Nollywood

Avec une fortune estimée à plus de 15 millions de dollars, l’acteur nigérian Richard Mofe Damijo est une des fiertés de l’industrie cinématographique nigériane. Exerçant son métier depuis plusieurs décennies, il intervient également à la radio et réalise des publicités de temps à autre.

Rita Dominic, l’actrice à la fortune la plus colossale

Avec plus d’une centaine de films à son actif, la fortune de l’actrice nigériane Rita Dominic est estimée à environ 2,5 millions de dollars.

Depuis 2015, les Oscars se sont ouverts aux productions nolywoodiennes 

Si Nollywood ne peut pas encore se targuer d’avoir été sacrée à la cérémonie des Oscars, il n’en demeure pas moins que ses productions sont désormais considérées lors de l’attribution de ces prestigieuses récompenses.

Nollywood TV, une pépite du petit écran

Lancée par la société française Thelma, en octobre 2012, la chaîne Nollywood TV s’est rapidement fait une place dans l’univers des médias. Proposant des films nigérians doublés en français, elle fait le bonheur de ses abonnés. Notons qu’au Royaume-Uni, depuis 2008, c’est la chaîne Nollywood movies qui sert de vitrine à cette machine à succès.

Parfois critiquée parce qu’elle ne représenterait qu’une caricature de la société nigériane, Nollywood contribue cependant à faire découvrir au public étranger les réalités et les talents du pays. Abordant religion, sexualité, jalousie, amour, problèmes familiaux et ascension sociale, elle offre bien plus que du divertissement à qui veut bien croire en elle.

1 COMMENTAIRE