Culture de coton : un accord signé entre Olam et le gouvernement tchadien

La firme singapourienne Olam a conclu et signé un accord avec le gouvernement tchadien pour acquérir 60% du tour de table de la Coton Tchad SN. La multinationale de Singapour, Olam, déjà très active en Afrique, vole ainsi au secours de la société nationale du Tchad qui fait face à d’énormes difficultés ces dernières années, avec comme ambition de développer cette filière de pointe pour l’économie tchadienne.

Les tractations en coulisses menées presque depuis une année ont payées, actant le deal entre les deux parties.  En termes clairs, l’entreprise singapourienne Olam International et le gouvernement tchadien sont parvenus à un accord relatif à la privatisation partielle de Coton Tchad Société nouvelle (Coton Tchad SN) qui détient le monopole de la commercialisation de la graine de coton dans le pays et qui, jusque-là, était détenue à 100% par l’Etat.

 

Les deux parties auraient signé l’accord lundi dernier, selon les informations relayées par l’agence Ecofin, même si officiellement aucune information n’a encore été confirmée par le gouvernement ou par la multinationale. La conclusion de cet accord n’est en tout cas pas une surprise et était même attendue depuis longtemps au regard notamment des négociations engagées entre les deux parties, mais aussi des difficultés que traverse l’entreprise publique depuis quelques années.

Ainsi, au terme de la transaction qui n’est qu’à son début, l’Etat tchadien cédera 60% de sa participation à Olam et réservera 5% aux producteurs nationaux à titre gratuit. C’est donc une privatisation partielle qui permettra toujours à l’Etat de garder un œil sur la gestion de Coton Tchad SN.

Poursuivre la lecture de l’article ici: Culture de coton : un accord signé entre Olam et le gouvernement tchadien