Côte d’Ivoire : un mécanisme d’appui à l’investissement pour séduire la diaspora

Amadou Gon Coulibaly
Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, lors de l'ouverture des travaux de la seconde édition du Forum de la diaspora ivoirienne, le 22 mai 2017 à Abidjan. (Crédits : DR.)

Le gouvernement ivoirien projette la mise sur pied d’un mécanisme d’appui à l’investissement pour susciter l’intérêt des Ivoiriens de l’étranger. Aujourd’hui, le poids de la diaspora reste important puisqu’elle représente 5% de la population et 1,1% du PIB ivoirien.

Le gouvernement ivoirien veut impliquer davantage les Ivoiriens de l’étranger dans le développement économique du pays. Issiaka Konaté, directeur général de la Direction générale des Ivoiriens de l’extérieur (DGIE) a déclaré, en marge de la présentation du bilan de son département, ce 2 novembre que l’État envisage la mise en place d’un mécanisme d’appui à l’investissement de la diaspora ivoirienne et qu’une étude scientifique a déjà été réalisée dans ce sens.

«Nous avons retrouvé avec les Ivoiriens de l’extérieur beaucoup de projets intéressants qui peuvent créer des emplois. Mais faute de financements, ces Ivoiriens de l’extérieur peuvent avoir du mal à mettre en place ces différents projets. Et donc, notre ambition, c’est de mettre en place un dispositif d’appui à ce genre d’investissements afin que ces investissements productifs puissent bénéficier à la Côte d’Ivoire», a déclaré le patron de la DGIE.

 

Ce mécanisme est destiné à appuyer tous les Ivoiriens de la diaspora porteurs d’un projet créateur d’emplois et plus généralement, ceux proposant des projets qui peuvent s’insérer dans le cadre du Plan national de développement, comme le précise Konaté.Pour réaliser ce projet de mécanisme, le patron de la DGIE a annoncé la tenue prochaine d’une consultation avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) afin d’assurer la viabilité de cet outil d’investissement.

Lire la suite sur source : Côte d’Ivoire  : un mécanisme d’appui à l’investissement pour séduire la diaspora

Article précédentSocklo, luthier à Kinshasa: une vie pour la musique congolaise
Article suivantCrise au Togo : une jeunesse en action