CAN 2019 : le Maroc apporte son soutien au Cameroun

40 milliards de FCFA, c’est le montant accordé par la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) au Cameroun, pour la construction d’infrastructures sportives. Une mesure qui entre dans le programme de l’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2019.

Avec cette somme, le Cameroun veut rattraper son retard dans la livraison des infrastructures qui doivent servir de cadre à la fête du football africain. Ces fonds serviront notamment à la réhabilitation du stade Roumde-Adjia de Garou.

 

Le complexe peut accueillir jusqu’à 30 000 spectateurs. L’argent servira aussi à la construction d’un stade annexe, destiné aux entrainements. Les autorités prévoient également la construction d’un hôtel quatre étoiles, toujours dans cette métropole régionale du nord qui accueillera quatre équipes, en février 2019.

« Nous nous réjouissons de cet appui de la Banque marocaine qui permettra à notre pays de disposer de moyens dans le cadre de la CAN 2019» — Pierre Ismaël Bidoung Kpwatt, ministre des Sports du Cameroun

« L’objectif primordial est la préparation sereine de la CAN Cameroun 2019 », a déclaré le ministre des Sports camerounais, Pierre Ismaël Bidoung Kpwatt, assurant que la livraison de tous les chantiers est prévue au plus tard en décembre 2018.

Le Cameroun est donc déterminé à construire les infrastructures nécessaires pour recevoir la Coupe d’Afrique des Nations 2019 (CAN 2019), dont l’organisation est encore loin d’être acquise puisque le Cameroun est en retard dans la réalisation des travaux.

Cette compétition est aussi une priorité pour le gouvernement camerounais. Selon investircameroun.com, le président camerounais, Paul Biya, vient de rendre public un décret habilitant le ministre de l’Économie, Louis Paul Motaze, à signer avec la BMCE une convention de crédit d’un montant de 61 millions d’euros.

Début août, le nouveau président de la CAF, Ahmad Ahmad, avait jugé que le Cameroun n’était « pas prêt » pour accueillir le championnat d’Afrique, qui va passer de 16 à 24 équipes.

Article précédentRisques agricoles en Afrique : l’Université de Dakar propose une solution
Article suivantMadagascar : un artisanat d’ici et d’ailleurs