Afrique de l’Ouest: il y a beaucoup de cash au bout du fil

En plus de la belle dynamique de l’Afrique de l’Est, il faut aujourd’hui compter sur le joli rythme de l’Afrique de l’Ouest concernant le transfert d’argent via mobile. Sur cette partie du continent, il y a trois fois plus de comptes mobiles dédiés au transfert d’argent que d’abonnés Facebook. Et au cours des trois prochaines années, l’Afrique de l’Ouest sera l’un des marchés à la plus forte croissance de la téléphonie mobile au monde, selon une étude de la GSM Association.

L’Afrique de l’Ouest représente aujourd’hui un grand potentiel. Les marchés sur cette partie du contient sont dans un environnement propice aux échanges : 13 des 15 marchés ouest-africains oeuvent dans un environnement réglementaire favorable.

 

Selon l’étude sur l’économie mobile en l’Afrique de l’Ouest, publiée par la GSM Association en juillet 2017, une organisation basée à Londres qui représente près de 800 opérateurs de téléphonie mobile à travers 220 pays du monde:

« Au cours des quatre prochaines années, l’Afrique de l’Ouest devrait enregistrer une croissance moyenne de 6 % par an du nombre d’abonnés, une des plus fortes croissances mondiales, se traduisant par 45 millions d’abonnés supplémentaires d’ici 2020 »

Plus de comptes dédiés au transfert d’argent via mobile que de comptes Facebook.

Avec un taux de pénétration de 53%, le marché de la téléphonie mobile en Afrique de l’Ouest a une moyenne supérieure à la moyenne mondiale qui est de 4,2%. Ainsi, l’Afrique de l’Ouest traite le plus grand nombre de transactions financières via le mobile sur le continent. La croissance rapide des activités des comptes prouve que le transfert d’argent via mobile devient plus pertinent dans la vie quotidienne des utilisateurs. Pour preuve, le nombre d’opérateurs a fortement augmenté afin de répondre à la demande.

Durant ces dix dernières années, l’Afrique de l’Ouest a connu une remarquable croissance à la fois dans la disponibilité et l’adoption des services dédiés au transfert d’argent. Le marché s’est vite adapté et les acteurs ont bien suivi le rythme. Le nombre d’opérateurs dans la région a doublé de 25 en 2011 à 57 en 2016. Ceci a aidé la région à enregistrer plus de 90 millions de comptes à la fin de 2016, ce qui est trois fois plus que le nombre d’utilisateurs Facebook et presque égal au nombre de connections mobiles à haut débit en Afrique de l’Ouest. En fait, 10 des 15 pays de la région ont plus de comptes de transfert d’argent enregistrés que de connections à haut débit.

Le Nigéria un mastodonte de la téléphonie mobile

La locomotive du développement en Afrique de l’Ouest demeure le Nigéria, le super aigle devrait représenter les deux tiers des 6% de croissance prévue du marché sous-régional de la téléphonie mobile d’ici 2020. Un autre quart proviendrait de l’ensemble constitué par le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Sénégal. Le reste serait fourni par les autres pays, à savoir le Burkina Faso, le Togo, le Ghana, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Gambie et le Cap-Vert.

L’Afrique est définitivement à l’heure numérique, et la construction de la tendance digitale se fait actuellement avec le continent qui, sans conteste, demeure la locomotive du Mobil Banking.

Previous articleHumour : Roukiata Ouedraogo, féminin singulier
Next articleDepuis les USA, achetez des produits africains sur internet